BFM Business

Aubry: "La Redoute ne doit pas mourir"

Martine Aubry a rencontré François-Henri Pinault, ce mardi 12 novembre.

Martine Aubry a rencontré François-Henri Pinault, ce mardi 12 novembre. - -

La maire de Lille a rencontré, ce mardi 12 novembre, le PDG de Kering, François-Henri Pinault, pour aborder l'avenir de la Redoute, implantée dans le Nord. Selon elle, l'homme d'affaires s'est engagé à assurer la pérennité de l'entreprise.

Martine Aubry est montée au créneau pour défendre La Redoute, groupe implanté dans le Nord. Sa maison-mère, Kering, veut céder l'entreprise, prévoyant également de supprimer 700 postes.

Entourée de plusieurs élus du Nord de la France, la maire de Lille a rencontré François-Henri Pinault, le PDG de Kering, le groupe faisant vivre 6.000 personnes dans la région Lilloise.

Arguant que "La Redoute ne doit pas mourir", elle a affirmé que le dirigeant lui a donné des garanties sur l'emploi et lui a assuré que "La Redoute aura une pérennité".

Ainsi, François Henri-Pinault "investira dans La Redoute", et "apportera un aide à l'exploitation [du groupe par le repreneur, ndlr] lors des premières années de perte".

"Le président Pinaut nous a assuré que la Redoute a un savoir-faire qui garantit sa pérennité et son avenir industriel", a-t-elle affirmé. Et il "choisira le repreneur en fonction de cette pérennité, de la solidité du projet industriel et des conséquences sur l'emploi''.

Le plan social n'a pas été abordé

Martine Aubry a assuré que les discussions n'ont toutefois pas évoqué le plan social prévu, car "on se situe avant la cession" a-t-elle fait valoir, jugeant le sujet prématuré avant "d'avoir des garanties industriels sur La Redoute".

"Nous avons dit à Monsieur Pinault que nous ne souhaitons pas que la cession soit effectuée avant d'être convaincus de [ses] propos sur la pérennité de la Redoute et sur son avenir industriel".

La maire de Lille a également réitéré ses critiques concernant la gestion de l'entreprise. Elle a estimé que La Redoute "n'a pas été suffisamment modernisée", déplorant notamment le manque d'investissements dans l'informatique qui aurait "permis à Kering de sortir La Redoute dans de bonnes conditions pour l'avenir.

Julien Marion