BFM Business

Aides de Pôle emploi: les pratiques de Leclerc mises en cause

Certains magasins Leclerc profiteraient du système de formation de Pôle emploi pour utiliser de la main d'oeuvre gratuite.

Certains magasins Leclerc profiteraient du système de formation de Pôle emploi pour utiliser de la main d'oeuvre gratuite. - Remy Gabalda - AFP

L’enseigne de distribution abuserait des formations offertes par Pôle emploi pour utiliser une main d’œuvre gratuite, selon Le Monde.

Si Leclerc met régulièrement en avant sa volonté de faire baisser les prix de ses produits, voilà une publicité dont l’enseigne de distribution se serait bien passée. Certains de ses magasins – franchisés pour la plupart- abuseraient en effet allègrement du système de formation de Pôle emploi, d’après une enquête du Monde publiée jeudi 20 novembre.

Dans plusieurs d’entre eux, le même schéma serait ainsi reproduit : "avant l’inauguration d’un supermarché Leclerc, des chômeurs se voient proposer une formation avec promesse d’embauche à la clé. Durant le temps de la formation, ils sont indemnisés par Pôle emploi. Mais, en lieu et place d’une formation, les chômeurs sont préposés au ménage et à l’installation des rayons du futur magasin. Une fois celui-ci inauguré et l’heure de signer le CDI venue, une moitié des chômeurs sont renvoyés", écrit le quotidien sur son site internet.

Une plainte contre X déposée

Le journal cite l’exemple d’un magasin Leclerc de Nîmes, qui aurait renvoyé 27 des 30 employés embauchées via Pôle emploi, lors de leur période d’essai. L’affaire a d’ailleurs été portée devant le tribunal des prud’hommes par cinq d’entre eux. Autre cas évoqué, celui de Fleury Mérogis, où près de la moitié des 91 chômeurs pris en stage ont vu leur contrat interrompu une fois le magasin ouvert. Pour Me Sofiane Hakiki et Eddy Arneton, cités par Le Monde, il s’agit d’un "dossier emblématique dans lequel un fonds public destiné à la formation est détourné à son profit par une personne privée. L’objectif de la prétendue formation était simplement d’obtenir une main-d’œuvre gratuite, financée par Pôle emploi."

Lundi 17 novembre, une plainte contre X a ainsi été déposée par 11 victimes auprès du parquet d’Evry pour "escroquerie, offre d’emploi fausse, travail dissimulé, soumission de personnes vulnérables à des conditions incompatibles avec la dignité humaine et violences". Interrogée, la direction de Leclerc n’a pas souhaité faire de commentaire.

Y.D.