BFM Business

Absentéisme: Pôle emploi pourrait durcir la demande de justificatifs

Syndicats comme demandeurs d'emploi voient d'un mauvais oeil le projet de Pôle emploi visant à durcir la demande de justificatifs en cas d'absence

Syndicats comme demandeurs d'emploi voient d'un mauvais oeil le projet de Pôle emploi visant à durcir la demande de justificatifs en cas d'absence - -

Une circulaire, déjà en test dans deux régions, envisage de demander aux chômeurs des justificatifs précis en cas d'absence à un rendez-vous. Un projet dénoncé par les syndicats.

Rater une convocation à Pôle emploi pourrait devenir plus compliqué à justifier. Déjà en test dans deux régions "pilotes", la Haute- Normandie et le Poitou-Charentes, une circulaire vise à durcir la demande de justificatifs en cas d'absence. Les syndicats mettent en garde de l'apparition de nouvelles tensions entre agents et chômeurs si cette note était avérée.

Réactions négatives d'inscrits

Aujourd’hui, si vous ne pouvez vous rendre à une convocation à Pôle emploi, votre bonne foi suffit. Mais avec la nouvelle circulaire, la personne inscrite pourrait se voir radiée deux mois en cas d'absence, "sauf motif légitime", indique la note que BFMTV s'est procurée.

Exemple: si vous perdez un proche, le certificat de décès pourrait vous être réclamé. Ou encore, votre voiture tombe en panne, un mot du garagiste serait le bienvenu.

Dans une des deux régions, où cette circulaire est déjà en phase de test, les réactions d'inscrits à Pôle Emploi sont plutôt négatives."Je pense que l’on pourrait s’y prendre autrement. C’est que le demandeur d’emploi a déjà pas mal de choses à s’occuper...", estime un usager de l'agence.

"Nous (les demandeurs d’emploi) dès qu’on se rate, on est radié, on n’est plus inscrit. Eux, par contre quand ils se ratent, c’est à nous de faire les démarches derrière", fustige une autre inscrite.

Vecteur de tensions

Du côté des syndicats, on dénonce une circulaire qui pourrait être généralisée pour janvier 2014.

"Auparavant c’était le conseiller qui décidait si oui ou non, il fallait un justificatif ou une procédure de radiation. Ça va générer des tensions dans les relations entre nos usagers et les conseillers à l’emploi qui n’ont pas besoin de ça en ce moment", prévient Jean-Charles Steyger, du syndicat FSU-SNU Pôle emploi.

Mais pas de panique, pour le moment, cette note n'est qu'à l'état de projet. De plus, le conseiller devrait garder dans tous les cas son pouvoir d'appréciation.

M.G. et Antoine Delpierre