BFM Business

A quand la parité à la direction des grands groupes?

La parité avance dans les conseils d'administration, moins dans les comités exécutifs.

La parité avance dans les conseils d'administration, moins dans les comités exécutifs. - -

C’est la saison des assemblées générales. L’occasion de faire le point sur la parité homme-femmes au sein des conseils d’administration, et au-delà, dans la direction exécutive des entreprises.

Alors que le nouveau gouvernement comporte autant d'hommes que de femmes, la parité n’est pas encore réelle dans les conseils d'administration (CA) des grandes entreprises. Encore moins au sein de leurs comités exécutifs. Une carence visible à l'heure où les entreprises tiennent leur assemblée générale.

En ce qui concerne les conseils d’administration, la loi Copé-Zimmerman, votée début 2010, prévoit de parvenir à une représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d'administration en 2015. Avec plusieurs paliers: 20% de femmes d’ici à 2012, 40% en 2014, un an avant d’arriver à 50-50.

Même ses détracteurs au moment de sa promulgation reconnaissent que cette loi va dans le bon sens. C’est le cas de Dominique de La Garanderie, avocate et ancienne bâtonnière de Paris, reçue ce mercredi 23 mai dans le 12-15 d’Hedwige Chevrillon. "On pouvait imaginer qu’une recommandation suffirait, mais il est vrai qu’une loi est plus efficace dans la mesure où elle prévoit des sanctions", estime-t-elle. Des sanctions loin d'être anodines: elles peuvent aller jusqu’à la suspension de la rémunération des administrateurs en cas de non-conformité à la loi!

Les entreprises obligées de développer une stratégie de long terme pour faire évoluer les femmes

C’est donc un grand pas, mais qui ne suffit pas. Car aucune loi du même type n’existe pour les comités exécutifs (comex) et de direction. Or il est plus facile de parachuter des femmes dans un comité d’administration, dans la mesure où ses membres ne font pas obligatoirement partie de l’entreprise qu’ils administrent. Il suffit de faire venir une femme ayant accédé à une haute position ailleurs.

Dans un comex, en revanche, constitué uniquement de dirigeants de l’entreprise, il faut des efforts continus en interne pour faire arriver les femmes jusqu’au plus haut niveau. Dans ce contexte, la seule incitation n’est pas très efficace. Selon une étude du cabinet de conseil 20-First, publiée en janvier 2012, les femmes ne représentent que 10% des membres des comités exécutifs des entreprises les plus performantes d’Asie, d’Europe et des Etats-Unis. C’est pourtant dans ces comités que se prennent les décisions du quotidien.

Pour autant, Dominique de La Garanderie, qui siège elle-même au conseil d’administration de Renault depuis 2003, reste confiante. Pour elle, la loi Copé-Zimmerman facilitera progressivement l’arrivée de femmes dans les comex. Parce que les paliers progressifs fixés par la loi "imposent aux entreprises de mettre en place un plan sur le long terme d’arrivée des femmes à des postes exécutifs". "A partir du moment où il y aura 40% de femmes dans un conseil d’administration, se posera la question de leur présence dans les comités exécutifs et les comités de direction."

Nina Godart