BFM Business

A la City, le polytechnicien français gagne plus que le diplômé d'Oxford

Deux grandes écoles françaises permettent de décrocher les meilleurs salaires en tant qu'ingénieur dans la finance, l'Ecole Polytechnique et l'Ecole Centrale Paris

Deux grandes écoles françaises permettent de décrocher les meilleurs salaires en tant qu'ingénieur dans la finance, l'Ecole Polytechnique et l'Ecole Centrale Paris - Leon Neal-AFP

Pour travailler dans une banque à Londres, mieux vaut avoir avoir fait Polytechnique ou  Centrale que les meilleures universités britanniques. Selon le cabinet Emolument, les "X" sont les seuls à gagner en moyenne plus de 100.000 euros.

La finance à Londres apprécient les diplômés issues des grandes écoles françaises. Elles permettent à leurs anciens élèves de décrocher les meilleurs salaires en tant qu'ingénieur dans la finance.

C'est en tous cas ce que prouve une étude du cabinet Emolument (cela ne s'invente pas !) qui a analysé les 700 professionnels de la City entrés sur le marché du travail depuis 2011.

Il en ressort que diplômés français sont même les mieux payés, toutes nationalités confondues. Les premiers du classement sont issus de la plus prestigieuse de nos grandes écoles d'ingénieurs, c'est-à-dire l'école Polytechnique. Ses diplômés gagnent en moyenne 103.389 euros par an. 

Ils devancent leurs homologues britanniques issus de la prestigieuse London Business School. Tout de suite derrière eux, on trouve les ingénieurs de l'Ecole Centrale Paris qui émargent à 86.620 euros.

L'illustre London School of Economics

Même les diplômés de Cambridge et d'Oxford sont à la traîne par rapport aux formations françaises. Avec près de 75.000 euros de salaire annuel en moyenne, ils sont derrière bon nombre de grandes écoles de commerce françaises comme HEC, l'ESCP ou l'EDHEC.

Autre surprise, l'illustre London School of Economics qui a formé 16 prix Nobel est dernière du classement avec - seulement - 65.800 euros par an pour ses diplômés.

Il semblerait donc que les recruteurs de la City aient une préférence pour les formations longues et théoriques, qui sont l'une des caractéristiques des cursus français puisqu'il faut au moins cinq années (en tenant compte des deux ans minimum passée en classe préparatoire) pour décrocher le précieux diplôme apprécié des employeurs.

En outre, l'excellence de la formation en mathématique des ingénieurs français semble également très appréciée dans la finance...

Isabelle Golentz