BFM Business

   9 Français sur 10 rêvent de changer d'emploi

-

- - Wikimedia Commons - CC

Selon un sondage réalisé par le cabinet Robert Half et publié ce lundi 18 janvier, le désir de mobilité des Français est à son comble. Ce qui fait dire au cabinet que les managers vont devoir s'activer pour ne pas voir leurs meilleurs talents partir.

Les salariés tricolores ont, semble-t-il, des envies de changement. En effet, si l'on en croit une étude réalisée(*) par Robert Half et publiée ce lundi 18 janvier, plus de 9 Français sur 10 songent à changer d'emploi cette année. Dans le détail, 60% des personnes interrogées estiment ce changement "très probable" et 32% "qu'ils pourraient envisager cette option".

Au final, seuls 8% des salariés interrogés ne comptent pas du tout bouger de leur poste. Il faut dire aussi que les Français semblent bien plus optimistes sur l'état du marché du travail. En effet, 68% d'entre eux se déclarent plus confiants sur leur recherche d'emploi que l'année précédente. On remarque, toujours selon cette étude, que les salariés seniors (plus de 55 ans) sont ceux qui souhaitent le plus bouger (86% d'entre eux veulent changer de poste).

Assouplir des modes de management

"Les baby-boomers, près de la retraite, ont souvent l'envie de retrouver une meilleure harmonie entre leur vie personnelle et leur vie professionnelle", commentent les experts de Robert Half. À l'inverse les 35-55 ans sont ceux qui ont le moins envie de bouger puisque seulement 44% des personnes interrogées dans cette catégorie d'âge envisagent de changer de poste.

Toutefois est-il qu'au regard de ces résultats, les experts de Robert Half estiment que les DRH vont avoir du pain sur la planche. "Avec de telles données, la rétention des talents pourrait devenir une priorité pour les dirigeants et managers cette année. Si recruter de bons collaborateurs est une chose, les garder dans l’entreprise est un défi", écrivent-ils.

Et dans cette optique, proposer "un salaire attractif ne suffit plus", préviennent-ils. Ils conseillent ainsi "de miser par exemple sur des modes de management assouplis, développer des méthodes de reconnaissance, de confiance, offrir des perspectives".

(*) Étude réalisée auprès de 1.000 salariés en septembre 2015 par un institut de sondage indépendant

J.M.