BFM Business

Votre télé risque-t-elle de s'éteindre le 5 avril 2016?

1.930 émetteurs de télévision vont devoit être modifiés

1.930 émetteurs de télévision vont devoit être modifiés - Patrick Kovarick-AFP

Dans la nuit du 5 au 6 avril, la norme de diffusion de la TNT va changer. Des millions de téléspectateurs devront faire adapter leur poste ou en acheter un nouveau. Des parlementaires craignent des bugs malgré les mesures d'accompagnement prévue par le gouvernement.

Tous les téléspectateurs pourront-ils encore regarder la télévision à partir du 6 avril prochain? L'inquiétude monte en tout cas au gouvernement à l'approche de cette date. D'autant que plusieurs parlementaires d'opposition pointent les risques de bugs. 

Dans la nuit du 5 au 6 avril, en effet, la norme de diffusion de la TNT va changer dans l'Hexagone. L'actuelle norme de compression d'images, la MPEG-2 en vigueur depuis 2005, va laisser place à une nouvelle, la MPEG-4. Cette dernière va permettre de diffuser davantage de chaînes sur le réseau hertzien en utilisant moins de fréquences et surtout d'offrir à tous les téléspectateurs une diffusion en haute définition (HD), ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.

A cette occasion, toutes les chaînes se verront attribuer une nouvelle fréquence, d'abord en Ile-de-France à partir du 6 avril, puis progressivement dans le reste de l'Hexagone d'octobre 2017 jusqu'en juin 2019. Ce qui obligera les téléspectateurs à rechercher et à mémoriser à nouveau les chaînes sur leur poste. 

Un téléviseur sur quatre incompatible

Sauf qu'une grande partie des téléviseurs achetés avant 2012 et surtout avant 2008 ne sont pas compatibles avec cette nouvelle norme. On estime leur nombre à près de 10 millions, soit un quart du parc total. C'est en particulier le cas des postes anciens relégués dans les résidences secondaires. S'ils ne disposent pas d'une box ou d'un abonnement à un réseau câblé, leurs possesseurs devront donc acheter un adaptateur ou carrément un nouveau téléviseur, comme ils ont déjà dû le faire en 2011 lors du passage de l'analogique au numérique. 

Les 58% de téléspectateurs recevant la TNT grâce à une bonne vieille antenne "râteau" devront également faire vérifier par un professionnel que leur équipement est bien compatible avec la nouvelle norme.

Sans le dire vraiment, le gouvernement mise sur la période des fêtes de fin d'année, durant laquelle les ventes de téléviseurs sont traditionnellement les plus élevées, pour que les Français s'équipent en nouveaux récepteurs.... D'autant que la perspective de l'Euro 2016 et des Jeux Olympiques de Rio l'été prochain devraient doper les ventes. 

Un dispositif à 80 millions d'euros 

Pour rassurer les téléspectateurs et éviter les bugs, le gouvernement a bien prévu le lancement d'une campagne de communication grand public dès novembre.

Surtout, il va faire voter en septembre au Parlement un certain nombre d'aides financières à destination des téléspectateurs. Les foyers exonérés de la contribution à l'audiovisuel public (l'ancienne redevance) toucheront une aide de 25 euros pour acheter un adaptateur. 250.000 foyers devraient être concernés selon les estimations du ministère de la Culture et de la Communication. 

Une autre aide de 120 euros maximum est prévue pour 450.000 foyers modestes afin de réorienter les antennes. En revanche, rien n'est prévu pour l'instant pour ceux recevant la TNT via le satellite ou le câble. Enfin, les téléspectateurs âgés ou handicapés pourront bénéficier d'une assistance technique pour le branchement et le réglage de leur matériel. Mais pour l'instant, aucun âge n'est fixé. 

Au total, l'ensemble de ces aides devraient coûter 80 millions d'euros à l'Etat dont 24 millions pour la communication. Lors du passage de la diffusion analogique à celle en numérique, le coût total de la campagne avait atteint 110 millions. 

Délais trop serrés

Tout ce dispositif ne rassure pas les parlementaires qui l'ont examiné mi-juillet avant de le voter cet automne. Ainsi la sénatrice centriste Catherine Morin-Desailly s'inquiète dans son tout récent rapport de "la précipitation" mise par le gouvernement à faire le basculement de normes.

Une précipitation liée selon l'opposition à la volonté du gouvernement de vendre le plus vite possible les fréquences dites des 700 MHz aux opérateurs de téléphonie mobile pour récupérer 2,5 milliards d'euros afin d'alimenter le budget de la défense. Comme nombre de ses collègues d'opposition, la sénatrice réclame carrément un moratoire sur le basculement des normes afin d'éviter les bugs.

Elle met en avant des questions techniques. Comme l'obligation pour France télévisons d'adapter les 126 sites de diffusion et les 23 centres techniques de France 3. "Le risque d’un échec ne peut donc plus être exclu qui pourrait se traduire soit par des millions d’écrans noirs dans les foyers soit par un report en catastrophe du calendrier dans la dernière ligne droite", écrit-elle.

Pas assez d'adaptateurs ?

Autre inquiétude: y aura-t-il assez d'adaptateurs pour tout le monde avant le 6 avril? On en fabrique aujourd'hui 500.000 par an et, à en croire les spécialistes, il en faudra entre 3 et 5 millions en 2016. Or quatre mois au moins sont nécessaires aux fabricants chinois pour honorer un contrat. De quoi pousser certains téléspectateurs à acheter directement un nouveau poste. 

P.C