BFM Business

L'UE trouve un accord avec Pfizer/BioNTech pour accélérer la livraison de 10 millions de doses

Un flacon du vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19, conservé dans un congélateur à -70 degrés C° à l'hôpital du Mans (ouest)

Un flacon du vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19, conservé dans un congélateur à -70 degrés C° à l'hôpital du Mans (ouest) - JEAN-FRANCOIS MONIER © 2019 AFP

Ces 10 millions de doses de vaccin, prélevées sur les 100 millions de doses en option prévues pour la deuxième moitié de 2021, seront finalement livrées dès le deuxième trimestre.

Bruxelles tente de combler les manques. Après s'être agacée de retards de livraison de doses de vaccins contre le Covid-19, la Commission européenne a conclu ce mardi un accord avec Pfizer et BioNTech pour accélérer la livraison de 10 millions de doses au deuxième trimestre, a annoncé l'exécutif européen cité par Reuters.

Ces doses seront prélevées sur les 100 millions de doses en option prévues aux troisième et quatrième trimestres dans le cadre du deuxième contrat conclu entre l'UE et Pfizer/BioNTech.

Un premier contrat signé à l'automne par l'UE prévoyait en effait la livraison de 200 millions de doses BioNTech-Pfizer avant septembre 2021, puis de 100 millions plus tard. Le calendrier exact n'avait pas été révélé. Un second contrat conclu le 8 janvier portait sur 300 millions de doses additionnelles (200 millions assorties d'une option pour 100 millions en plus), avec jusqu'à 75 millions de doses disponibles dès le 2e trimestre.

200 millions de doses au deuxième trimestre

Grâce à ces doses supplémentaires, l'UE devrait recevoir plus de 200 millions de doses de ce vaccin au deuxième trimestre, comme la fait savoir la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen:

"Je sais à quel point le deuxième trimestre est critique pour le déploiement de nos stratégies de vaccination dans les Etats membres. Cette accélération de 10 millions de doses portera (livrées à l'UE) à plus de 200 millions le nombre total de doses de BioNTech-Pfizer attendues au deuxième trimestre. C’est une très bonne nouvelle. Cela donne aux Etats membres une marge de manœuvre et la possibilité de combler les lacunes dans les livraisons", a-t-elle déclaré.
P.L. avec AFP