BFM Business

Bruno Le Maire s'agace une fois encore de la lenteur du plan de relance européen

L’Union européenne se dit prête à « dépenser autant que nécessaire » afin de soutenir le gouvernement irlandais face à toutes perturbations des échanges commerciaux.

L’Union européenne se dit prête à « dépenser autant que nécessaire » afin de soutenir le gouvernement irlandais face à toutes perturbations des échanges commerciaux. - Pixabay

Le ministre français de l'Economie exhorte la Commission et les pays membres à tout boucler pour juillet.

Cela devient une rengaine pour le locataire de Bercy: presser l'Union européenne de rendre opérationnel son plan de relance de 750 milliards d'euros décidé... l'été dernier.

Lors d'un point de presse commun avec le ministre des Finances allemand Olaf Scholz ce mardi, Bruno Le Maire s'agace une nouvelle fois: "nous avons perdu trop de temps, l'Union européenne doit rester dans la course".

La croissance chinoise est repartie. Les Etats-Unis sont en plein essor. L'Union européenne doit rester dans la course", exhorte-t-il. Rappelons que les Etats-Unis ont déjà activé leur plan à 1900 milliards de dollars.

40 milliards d'euros pour la France

"La Commission européenne doit examiner les plans de relance nationaux au plus vite pour qu'ils puissent être approuvés au plus tard lors du conseil européen de juillet", ajoute-t-il.

Fort de 750 milliards d'euros, le plan de relance européen, dénommé Next Generation EU, prévoit que les 27 soumettent d'ici fin avril à la Commission européenne leur plan de relance national. Et les 27 doivent tous voter et ratifier le plan puisqu'il s'agit d'un endettement commun.

Avant d'emprunter sur les marchés financiers, la Commission européenne doit donc y être autorisée par l'ensemble des parlements nationaux et un certain nombre de parlement locaux, cela fait une quarantaine de votes dans les 27. Début avril, seuls 16 pays l'avaient ratifié, dont la France, l'Espagne ou encore l'Italie.

La France devrait recevoir environ 40 milliards d'euros soit une partie du plan de relance national de 100 milliards d'euros. L'objectif du ministre de l'Economie Bruno Le Maire, c'est d'avoir dépensé la moitié de ce plan d'ici la fin de l'année.

Olivier Chicheportiche avec AFP