BFM Business

TVA, retraites, impôts: l'essentiel des propositions de la Grèce 

Athènes a envoyé vers 22h la liste des réformes qu'elle prévoit en contrepartie d'un nouveau plan d'aide financière. La Grèce s'engage ainsi à adopter presque toutes les mesures que les créanciers ont exigé de sa part.

Elles ont été attendues quasiment jusqu'à la dernière minute. Les propositions formulées par la Grèce à l'Eurogroupe sont désormais connues .

Athènes s'engage ainsi à reprendre la majeure partie des propositions des créanciers, pour les convaincre de reprendre leur aide et éviter une sortie du pays de la zone euro.

Le Parlement grec doit se prononcer par un vote sur ces propositions ce vendredi afin de permettre ou non au gouvernement de négocier ce paquet de réformes, a fait savoir l'agence Ana (semi-officielle). Le débat au Parlement débutera à 13h00.

Selon le texte des propositions, la Grèce souhaite une solution "pour régler" son énorme dette publique, qui atteint 320 milliards d'euros, soit près de 180% du PIB, ainsi qu'un "paquet de 35 milliards d'euros" consacré à la croissance.

Des "actions prioritaires"

Dans ce texte de 13 pages intitulé "Actions prioritaires et engagements", la Grèce s'engage à adopter presque toutes les mesures proposées par les créanciers le 26 juin, après les avoir rejetées en annonçant la tenue d'un référendum qui a vu la victoire du non à plus de 60%.

Alors que la hausse de la TVA était la pomme de discorde entre Athènes et ses créanciers pendant ces derniers mois de négociations, le gouvernement d'Alexis Tsipras accepte "un système unifié des taux de la TVA à 23%, incluant aussi la restauration", qui jusqu'ici était à 13%. Pour les produits de base, l'électricité et les hôtels, la TVA reste à 13% et à 6% pour les médicaments, livres et places de théâtre.

Le gouvernement propose également la suppression des avantages fiscaux pour les îles (soit la réduction de 30% de la TVA appliquée depuis plusieurs années), à commencer par les îles les plus riches et touristiques, comme le souhaitaient les créanciers.

Des efforts pour les retraités

Concernant l'âge du départ à la retraite, il est fixé à 67 ans ou 62 ans avec 40 ans de travail et sera relevé graduellement d'ici à 2022. Le complément de pension pour les retraités (Ekas) doit progressivement être supprimé d'ici à 2019. 

Athènes compte également fixer un calendrier ferme pour les privatisations de différentes propriétés de l'Etat dont le port du Pirée et les aéroports régionaux.

Enfin, les dépenses en matière de défense doivent être réduites de 300 millions d'euros.

Ces propositions ont été remises deux heures avant l'ultimatum, minuit,fixé par les créanciers, UE, BCE et FMI. Elles doivent être "immédiatement" étudiées par les créanciers puis soumises samedi aux ministres des Finances de la zone euro, avant un sommet extraordinaire des 28 pays de l'Union européenne convoqué dimanche à Bruxelles.

Avec ces réformes sur la table, les créanciers vont pouvoir "estimer le montant du programme d'aide" pour la Grèce, a indiqué une source européenne au fait des discussions. Ni Bruxelles ni Berlin n'avaient encore réagi à ces nouvelles propositions dans la nuit de jeudi à vendredi.

J.M. et Jé.M. avec agences