BFM Business

Transition écologique: Emmanuel Macron veut "agir vite"

Une table ronde a été organisée.

Une table ronde a été organisée. - Fred Dufour - AFP

Le gouvernement va présenter, en juin, sa feuille de route pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Le gouvernement présentera en juin sa "feuille de route" en matière de transition écologique, avec "une volonté d'agir vite", a annoncé l'Élysée, au terme d'une table ronde avec des ONG et des chercheurs.

Ce "programme de travail" comprendra notamment des engagements sur l'interdiction des nouveaux permis de recherche sur les hydrocarbures, la rénovation énergétique des bâtiments, notamment publics, la révision de la taxe carbone et de la fiscalité du diesel, a précisé l'Élysée. La discussion sur ce programme doit débuter mercredi en Conseil des ministres.

Cette table ronde a été organisée après la décision de Donald Trump de retirer les États-Unis de l'Accord de Paris. Seule décision concrète annoncée mardi, la création d'un site internet pour faciliter l'accueil des chercheurs du monde entier, notamment américains, qui voudraient postuler pour venir en France travailler sur des programmes concernant le climat.

Vingtaine de membres d'ONG

Un moyen de donner corps à l'appel du président Macron jeudi aux chercheurs et entrepreneurs américains. La table ronde, présidée par Emmanuel Macron, a réuni mardi une vingtaine de membres d'ONG, entrepreneurs, chercheurs et experts, ainsi que les ministres Nicolas Hulot (Transition écologique), Jean-Yves le Drian (Europe et Affaires étrangères) et Frédérique Vidal (Recherche).

Cette réunion était aussi l'occasion de "réaffirmer une message de solidarité envers les victimes des changements climatiques", a indiqué Nicolas Hulot à l'issue de la réunion. La France va également poursuivre sa "diplomatie climatique", a souligné le ministre. "C'est l'effet inattendu de la décision des Etats-Unis: il y a des coalitions nouvelles en train de se créer entre États, entre États et collectivités, entre États et acteurs économiques, et avec des États américains. C'est cette coalition que nous allons renforcer", a-t-il conclu.

D. L. avec AFP