BFM Business

Thomas Piketty plaide pour un rétablissement de l'ISF 

L'économiste juge les plans de relance insuffisants pour faire face à la crise.

L'économiste juge les plans de relance insuffisants pour faire face à la crise. - Sander KONING / ANP - AFP

L'économiste Thomas Piketty plaide pour un rétablissement de l'ISF et réclame un "plan d'investissement massif" pour l'enseignement supérieur français.

L'économiste n'est pas tendre avec la politique menée par le gouvernement. Thomas Piketty dénonce dans un entretien au Journal du Dimanche "les cadeaux fiscaux faits aux plus riches" et estime qu'Emmanuel Macron aurait dû "mettre le climat ainsi que la réduction des inégalités au coeur de ses priorités (...) Il ne l'a pas fait. C'est une erreur politique, historique, économique considérable".

"Emmanuel Macron reste prisonnier de son idéologie élitiste et inégalitaire de début de mandat" estime l'économiste, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales, pour qui "il faudrait investir dans de nouveaux secteurs, augmenter les salaires, embaucher dans la santé, l'éducation, la rénovation thermique dans des proportions très importantes afin de compenser les énormes pertes d'emploi que l'on va avoir dans d'autres secteurs".

Concernant le rétablissement de l'ISF, Thomas Piketty a un avis bien tranché: "Cette question ne devrait même plus se poser! Le rétablir devrait être une évidence pour tout le monde et nous devrions déjà être en train de discuter de la question d'avoir un ISF rénové, qui rapporte plus de 10 milliards d'euros par an, plus moderne dans son fonctionnement, avec des déclarations préremplies empêchant la fraude".

"Sur la santé, l'environnement, l'éducation, il n'y a rien de probant!"

Pour l'économiste, les différents plans de relance mis en place pour faire face à la crise actuelle sont insuffisants: "Soutenir l'aéronautique, l'automobile, le tourisme... D'accord, mais ce n'est pas suffisant! Sur la santé, l'environnement, l'éducation, il n'y a rien de probant!".

L'ancien soutien du candidat Hollande en 2012 réclame également un plan d'investissement massif pour l'enseignement supérieur. La situation de la jeunesse, "c'est le plus grand gâchis depuis 10 ans" estime l'économiste. "Le budget total des universités, hors recherche, stagne autour de 12-13 milliards d'euros depuis 10 ans. En récupérant les 5 milliards d'euros perdus avec l'ISF et la flat tax, on augmenterait leurs moyens de 40%".

Enfin, l'économiste s'exprime sur l'hypothèse d'un nouveau débat sur les 35h. "Ca serait une erreur complète: certains se retrouveraient à travailler 40 heures alors que d'autres ont bien du mal à travailler 35 heures (...) En réalité, après cette crise, nous avons surtout besoin d'un effort de réduction des inégalités, d'un véritable tournant social, de plus de solidarité" estime Thomas Piketty.

Sandrine Serais