BFM Business

Sommet : le budget européen invité surprise du discours d'Hollande

François Hollande s'est exprimé en marge du sommet européen, ce vendredi

François Hollande s'est exprimé en marge du sommet européen, ce vendredi - -

En marge du sommet européen de Bruxelles, François Hollande a évoqué la possibilité de la mise en place d'un budget pour la zone euro, "en addition" de celui de l'Union européenne.

"Le sujet du conseil, ce n'est pas l'union budgétaire, c'est l'union bancaire", a déclaré François Hollande à son arrivée à Bruxelles. Depuis, il semble avoir quelque peu changé d'avis. En marge du sommet européen, le chef de l'Etat est en effet revenu vendredi sur un éventuel budget de la zone euro, qu'il souhaite indépendant de celui de l'Union européenne. "Si les pays de la zone euro décident d'aller chercher des ressources pour les actions qui les concernent, ce n'est pas en substitution, c'est en addition", a déclaré le président de la République à l'issue du Conseil européen, ajoutant qu'"aucun pays ne peut empêcher la zone euro de pouvoir avancer comme elle l'entend". L'idée d'un budget séparé entre l'UE et la zone euro a été émise par Herman Van Rompuy, le président du Conseil européen. La France et l'Allemagne en ont approuvé le principe, par exemple pour financer des actions en faveur de la compétitivité.

Merkel calme le jeu sur la supervision unique des banques

Au sujet de l'union bancaire, grand enjeu de ce sommet, le chef de l'Etat n'a pas développé une autre thèse que celle des dirigeants européens. Ces derniers ont confirmé dans la nuit de jeudi à vendredi que l'ensemble des 6 000 banques de la zone euro seraient soumises à une supervision unique à partir du 1er janvier 2014, mais ils ont donné un peu plus de temps à la Banque centrale européenne pour mettre en place ce dispositif.

Angela Merkel, elle, a tenu a calmé les possibles ardeurs autour de ce nouveau superviseur bancaire."Il faut s'en tenir à une certaine séquence d'événements: il faut d'abord élaborer le cadre juridique puis créer un organe de surveillance et ce n'est que lorsqu'il sera opérationnel que les banques pourront être recapitalisées directement par le MES (Mécanisme européen de stabilité)", a affirmé la chancelière allemande.

BFMbusiness.com