BFM Business

Pour faire des économies, les Belges sont prêts à arrêter de soigner les plus de 85 ans

En Belgique aussi, le système de sécurité sociale cherche des idées pour réduire ses dépenses, et interroge les assurés sur les concessions qu'ils sont prêts à faire. 46% sont opposés à l'arrêt du remboursement des frais de maladie dus à une mauvaise hygiène de vie, comme le tabagisme. Mais ils sont aussi 40% à ne pas voir de soucis à l'arrêt des soins vitaux pour les plus âgés.

Comme en France, la sécurité sociale belge doit affronter un déséquilibre de ses finances, et cherche des voies de réforme. Cela passe évidemment par de nouvelles sources d'économies à trouver. Le Soir a relevé plusieurs études menées au Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE), à la Fondation Roi Baudouin et au cœur de l’Inami (Institut national d'assurance maladie-invalidité), sur les concessions que les Belges seraient prêts à accepter dans la couverture des soins. Il en ressort un net manque d'empathie envers les plus fragilisés... Notamment pour les personnes âgées. 40% des Belges songent sérieusement à conserver l’équilibre de la Sécu "en n’administrant plus de traitements coûteux qui prolongent la vie des plus de 85 ans".

Les buveurs et les fumeurs mieux tolérés

69% des Belges estiment légitime de dépenser 50.000 euros pour un traitement vital. Mais si le patient a 85 ans, et donc une espérance de vie réduite, ils ne sont que 28% à conserver cette opinion. Si une personne est dans le coma et que le traitement n’apporte qu’un an de vie, trois Belges sur dix sont d’accord pour la prise en charge des soins, sauf chez les plus de 85 ans. "Les néerlandophones sont beaucoup plus enclins à exclure les personnes âgées de plus de 85 ans des soins plus onéreux.", fait valoir le quotidien.

Les Belges sont plus conciliants avec les fumeurs ou les buveurs. 46% s’élèvent contre le non-remboursement des frais de maladie ou d'accident qui sont la conséquence d'une mauvaise hygiène de vie. 17% sont totalement favorables à ce que l'assurance maladie ne les prenne plus en charge.

Si ces mesures étaient mises en œuvre, elles conduiraient rapidement à la création d'une médecine à deux vitesses. Seuls les plus aisés pourraient s'offrir les soins et les opérations qui garantissent leur survie. De l'aveu même du professeur Elchardus, qui a mené l’enquête pour l’Inami, "ces pourcentages en faveur de l’exclusion sont choquants".

Coralie Cathelinais