BFM Eco

La transformation du CICE en baisse de charges ne sera pas reportée

Invité de BFMTV et RMC ce mardi, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a estimé qu'il n'y avait "pas de raison de reporter" la mesure.

Au lendemain des annonces d'Emmanuel Macron destinées à calmer la grogne des gilets jaunes, Benjamin Griveaux s'est montré clair: la transformation du CICE, le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi, en baisse de cotisations sociales des entreprises aura bien lieu le 1er janvier.

La mesure "n'a pas de raison d'être reportée", a confirmé le porte-parole du gouvernement, invité de BFMTV et RMC, soulignant que l'État doit "tenir ses engagements".

"On pensait que le CICE n'était pas le meilleur moyen pour favoriser l'embauche et donc on a fait la transformation du CICE en baisses de charges, on assume", a argumenté le secrétaire d'État.

L'État paiera "double" cette année

Il a reconnu que "cette année (2019, NDLR), c'est vrai que c'est le double parce que vous avez le CICE et la baisse des charges".

Le CICE, créé en 2013 sous François Hollande, consiste en une réduction d'impôts sur les salaires inférieurs à 2,5 fois le Smic, calculée en fonction de la masse salariale des entreprises. Il a été critiqué pour son faible impact sur l'emploi malgré un coût élevé: actuellement environ 20 milliards d'euros pour les finances publiques. 

Promesse de campagne d'Emmanuel Macron, sa transformation en baisses de charges pérennes entrera en vigueur au 1er janvier.

Cette mesure va peser lourdement sur le déficit public en 2019: l'État devra payer "double" en supportant le remboursement du CICE pour 2018 et la baisse de cotisations pour l'année en cours, soit un total de 40 milliards d'euros.

Y.D.