BFM Business

La carte de paiement pour demandeurs d'asile entre en vigueur

L'allocation pour demandeurs d'asile (ADA) sera désormais versée via une carte de paiement uniquement. Jusqu'ici, les demandeurs d'asile pouvaient bénéficier d'une carte de retrait d'espèces dans les distributeurs de billets.

L'allocation pour demandeurs d'asile (ADA) sera désormais versée via une carte de paiement uniquement. Jusqu'ici, les demandeurs d'asile pouvaient bénéficier d'une carte de retrait d'espèces dans les distributeurs de billets. - Ofii

La carte de paiement pour demandeurs d’asile, qui remplace une carte de retrait en espèces, entre en service ce 5 novembre. Son application, prévue début septembre, avait été décalée "pour que les opérateurs engagés dans l'hébergement s'équipent de terminaux acceptant la carte" selon l'Office français de l'immigration et de l'intégration.

Depuis ce mardi 5 novembre, les demandeurs d'asile n'ont plus de carte de retrait d'espèces. Elle leur était fournie par l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii), le temps que les autorités statuent sur leur demande.

Désormais, pour assurer leurs dépenses quotidiennes à partir du versement de l'allocation pour demandeurs d'asile (ADA), ceux-ci disposent d'une carte de paiement. Annoncée au creux de l'été dernier, le 23 juillet, par un courriel adressé aux gestionnaires d'établissements d'accueil de migrants, cette modification devait être applicable à partir du 5 septembre.

De vives réactions ont décrié la mesure, décidée à l'été

Mais elle avait suscité de vives réactions du milieu associatif et des établissements d'hébergement concernés qui ont perçu une manoeuvre politique visant à décourager le recours à cette aide versée à 151.000 personnes, pour environ 42 millions d'euros mensuels, ainsi qu'une mesure à l'encontre des besoins des demandeurs d'asile, qui n'auront plus d'argent liquide à leur disposition. Les montants versés au titre de l'ADA varient de 6,80 euros/jour pour une personne seule (soit environ 190 euros/mois) à 17 euros/jour pour un couple avec deux enfants (soit environ 476 euros/mois) ou encore à 23,80 euros/jour pour une famille de 6 personnes (soit environ 660 euros/mois).

Devant la polémique suscitée, le remplacement de la carte de retrait par la carte de paiement avait été décalé au 5 novembre par l'Ofii, "afin de donner un délai supplémentaire aux opérateurs les plus engagés dans l'hébergement des demandeurs d'asile pour qu'ils puissent équiper toutes leurs structures en terminaux de paiement". L'Ofii faisait aussi remarquer que ce mode versement de l'allocation pour demandeur d'asile a été expérimenté, "avec succès" en Guyane, ajoutant, selon son directeur, Didier Leschi, que "la manipulation d'argent liquide peut générer du racket".

Jusqu'à 25 paiements par mois gratuits, au-delà payants

L'Offi précise que pour obtenir de l'argent liquide avec la carte, il est possible de se rendre dans un magasin offrant le service de cashback (les Géant Casino par exemple), puis d'effectuer un achat pour au moins 1 euros "pour pouvoir obtenir sans commission jusqu’à 59 euros de liquide par opération."

La carte de paiement est toutefois assortie de quelques limitations d'usage. Elle permet de procéder gratuitement à seulement 25 paiements par mois, dans la limite de son solde. Au-delà, il sera décompté 0,50 euro par opération. De même, les demandeurs d'asile en possession de cette carte ne pourront pas régler d'achats par internet.

Frédéric Bergé