BFM Eco

En 2018 les exploitants agricoles ont gagné plus d'argent qu'en 2017 

-

- - Ina FASSBENDER / AFP

Agreste, le service statistique du ministère de l'Agriculture, publie les résultats économiques des exploitations en 2018. Les moyennes sont meilleures qu'en 2017, mais cachent des disparités.

L’endettement recule, l’excédent brut d’exploitation et les investissements sont en hausse par rapport 2017. Voilà ce qui ressort notamment du rapport publié par l’Agreste, le service statistique du ministère de l'Agriculture, qui fait le point sur la situation des actifs agricoles non salariés en France métropolitaine pour l’année 2018.

Augmentation du bénéfice avant impôt de 10%

Le bénéfice avant impôt de ces travailleurs augmente de plus de 10% par rapport à 2017, pour atteindre 30.000 euros. Mais c’est une moyenne: pour les viticulteurs, c’est le double, alors que les éleveurs porcins s’en sortent avec moins de 20.000 euros de bénéfices avant impôt.

Avec la sécheresse donc l’insuffisance des ressources fourragères, il a fallu dépenser davantage pour nourrir les bêtes. Parallèlement, les ventes de viande de porcs ont chuté de près de 8% et le prix de 10% entre 2017 et 2018. "Une offre mondiale abondante, le tassement de la demande chinoise et la concurrence entre exportateurs sur les marchés asiatiques ont maintenu une forte pression sur les prix", analyse l’Agreste.

L’endettement des éleveurs porcins progresse, alors qu’il a tendance à diminuer ailleurs. Mais de manière générale, les frais de carburants ont augmenté.

Fin 2019, l’Insee publiait un rapport sur le salaire des agriculteurs français. Près de 20% d’entre eux n’ont pas eu de salaire en 2017. Le plus dur, c’est pour les éleveurs "d'ovins, caprins, équidés, autres animaux" qui ont touché en moyenne 620 euros par mois. Ceux qui sortaient le mieux: les viticulteurs, malgré une baisse moyenne de leur salaire.

Fanny Guyomard avec AFP