BFM Business

S&P place la Grèce en "défaut partiel"

Pour S&P, l'accord entre la Grèce et ses créanciers la place temporairement en situation de défaut partiel

Pour S&P, l'accord entre la Grèce et ses créanciers la place temporairement en situation de défaut partiel - -

L'agence de notation américaine a placé le 5 décembre la Grèce en situation de "défaillance partielle". Juste un cran au-dessus du défaut de paiement.

Athènes à nouveau dans la tourmente. L’agence de notation Standard & Poor’s a dégradé la note du pays mercredi soir, désormais en "défaut partiel, à un cran seulement du défaut de paiement. Une dégradation en réaction à l'accord obtenu par la Grèce de ses créanciers pour lui verser une tranche d’aide vitale qu’elle attendait depuis l’été.

L’agence explique cette décision par l’opération complexe de rachat de dette dans laquelle est engagée la Grèce pour toucher ladite aide. Une opération, actée à l’occasion de l’accord avec ses bailleurs publics (UE, FMI, BCE), qui vise à réduire le poids gigantesque de sa dette.

Les investisseurs contraints de toucher moins que prévu

Athènes est ainsi censée racheter une partie de sa dette à prix cassés auprès d'investisseurs privés, dans le but de réduire son ratio d’endettement de 170% en 2012 à 124% du PIB en 2020.

S&P estime que ce dispositif a été décidé "sous la contrainte", et que les investisseurs "recevront moins d’argent que ce qui leur était promis". Ainsi "selon ses critères", il représente un défaut de paiement partiel.

L'agence assure néanmoins qu’il est possible qu’elle relève la note de la dette grecque à l’issue de cette opération. Une répétition de ce qui s’était passé au printemps, quand les créanciers privés avait accepté de renoncer à plus de 100 milliards sur leur titres de dette grecque. L’agence américaine avait rétrogradé la Grèce avant de lui rendre sa note, CCC.

BFMbusiness.com