BFM Business

Réforme territoriale: 10 milliards d'économies dans les 5 à 10 ans selon le gouvernement

Le conseil régional de Poitou-Charentes, ici en photo, devrait être intégré à une grande région Centre.

Le conseil régional de Poitou-Charentes, ici en photo, devrait être intégré à une grande région Centre. - -

L'Elysée vient de faire connaître la nouvelle carte des régions qui devrait être soumise au Parlement à l'automne. Leur nombre devrait passer de 22 à 14. Les conseils généraux seraient, eux, supprimés en 2020. Quelles conséquences économiques pourrait avoir cette réforme territoriale?

François Hollande a enfin abattu ses cartes. Il propose de ramener de 22 à 14 le nombre de régions métropolitaines dans le cadre de la réforme terroriale qu'il veut soumettre à l'automne au Parlement. Lors de sa déclaration de politique générale, début avril, Manuel Valls avait annoncé le lancement de ce chantier qui doit être l'une des réformes structurelles du quinquennat, réformes réclamées d'ailleurs par Bruxelles.

Il s'agit pour l'exécutif de simplifier le "millefeuille territorial" afin de permettre davantage d'efficacité des collectivités locales tout en dégageant des économies budgétaires. Dans le cadre du plan d'économies présenté par le gouvernement 11 des 50 milliards pèsent d'ailleurs sur les collectivités locales.

Selon André Vallini, le secrétaire d'Etat à la Réforme territoriale, cette dernière pourrait permettre un "gain de 10 milliards d'euros d'ici 5 à 10 ans".

"A moyen terme, entre cinq et dix ans, en faisant des économies d'échelle, en supprimant les chevauchements de compétences, les doublons, on peut arriver à une dizaine de milliards d'euros d'économies", a-t-il déclaré à la presse à l'issue du Conseil des ministres.

|||sondage|||1925

P.C et video BFMTV Armelle Semont et Saber Desfarges