BFM Business

Qui va payer pour les mesures de sécurité sanitaire dans les entreprises?

Réaménagement facilitant le respect de la distanciation sociale, mise à disposition de masques... Autant de mesures pour le déconfinement qui auront un coût. Un coût que ne ne veut pas prendre en charge l'Etat et encore moins les entreprises.

La sécurité sanitaire des salariés implique pour les entreprises de nombreux coûts supplémentaires: les masques et les gels bien sûr mais aussi parfois le transport du personnel en petits groupes pour limiter la circulation du virus.

Et puis le respect des règles sanitaires "fait mécaniquement baisser la productivité" explique un haut responsable patronal. "Les délais s’allongent et la facture grimpe" explique cette même source en citant l’exemple de l’industrie ou du bâtiment.

Idem pour les commerçants, les coiffeurs ou encore les restaurateurs qui vont accueillir moins de clients pour respecter les distances de sécurité et donc pénaliser leur chiffre d’affaires.

L'activité ne devrait reprendre qu'à 50-60%

"L’activité ne va reprendre dans un premier temps qu’à 50% à 60%" estime-t-on à Bercy. Reste donc à savoir qui va faire un effort pour combler ce manque à gagner.

"L’Etat ne devrait pas mettre la main à la poche cette fois-ci", fait-on savoir du côté patronal. Mais les entreprises ne sont pas prêtes non plus à rogner leurs marges.

Reste donc à augmenter les prix mais rien ne dit que les clients voudront payer un peu plus cher qu’avant la crise, bien au contraire. Le doute est donc maximal sur la reprise de la consommation à partir du 11 mai. D'autant plus que la propension des Français à épargner va augmenter. Elle était déjà forte quand la situation économique était meilleure.

Thomas Sasportas et OC