BFM Business

Quarante grands économistes affichent leur soutien à Macron

Emmanuel Macron rallient plusieurs économistes ayant soutenu François Hollande

Emmanuel Macron rallient plusieurs économistes ayant soutenu François Hollande - Sébastien Bozon - AFP

Outre les économistes membres de son équipe, des pointures comme Hélène Rey ou Jean-Paul Fitoussi ont pris la plume pour signer une tribune dans laquelle ils apportent officiellement leur soutien au leader d'En Marche!

Si l'on en croit les sondages, Emmanuel Macron est à la fois un candidat plébiscité par les cadres et les entrepreneurs. En serait-il de même pour les économistes?

En tout cas, quarante d'entre eux ont pris la plume pour signer une tribune de soutien au leader d'En Marche! publiée ce mercredi dans Le Monde. On notera que sur ces quarante économistes, sept avaient soutenu Hollande en 2012, et un seul Nicolas Sarkozy: Jacques Crémer, économiste à la Toulouse School of Economics et membre du conseil national numérique.

Dans ce texte, les économistes disent tout d'abord se rejoindre sur la certitude que la victoire de Marine Le Pen serait "une catastrophe économique, sociale et démocratique". Ils défendent ensuite le programme d'Emmanuel Macron. "Nous ne sommes pas toutes et tous en accord avec l’ensemble de ses propositions, mais nous estimons que le programme d’Emmanuel Macron est le plus à même de poser les bases de la nouvelle croissance économique dont notre pays a besoin". "Il l’est parce qu’il fait le pari du travail, de la jeunesse, de l’innovation, de l’inclusion, de l’investissement et de la transition environnementale", ajoutent-ils.

Avant de louer "la nouvelle croissance proposée par Emmanuel Macron" qui "repose sur le progrès et l'innovation, c'est-à-dire la création en permanence de nouvelles technologies". 

Le soutien d'Hélène Rey

Dans la liste des signataires figurent plusieurs personnes qui font partie de l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron. C'est le cas de Marc Ferracci, professeur à Paris I et spécialiste des questions d'emploi et de formation, de Philippe Martin (Sciences Po), déjà son conseiller à Bercy, d'Anne Perrot, spécialiste elle de la régulation et de la concurrence. Et surtout de Philippe Aghion, professeur au Collège de France, bardé de récompenses (médaille d'argent, prix Schumpeter) et passé par Harvard.

Ce dernier a d'ailleurs entraîné avec lui ses deux compères Elie Cohen (CNRS) et Gilbert Cette (Université Aix-Marseille), qui avaient soutenu François Hollande en 2012. Tous les trois sont notamment connus pour avoir cosigné l'ouvrage Changer de modèle en 2014, qui proposait de réformer le SMIC

Mais la plus belle "prise" d'Emmanuel Macron reste sans nul doute Hélène Rey qui est peut-être la plus grande économiste française après Jean Tirole. Enseignante à la London Business School et spécialiste de la Finance, elle collectionne les publications dans les meilleures revues académiques (American Economic Review, Economic Review, Journal of Political Economy...).Elle avait obtenu en 2013 le prix Yrjö Jahnsson, prix remis à un jeune économiste de moins de 45 ans et dont les travaux ont grandement contribué à la recherche scientifique.

Le silence de Tirole

Elle avait d'ailleurs partagé ce prix avec un certain…Thomas Piketty, qui pour rappelle s'est lui engagé dans l'équipe de Benoît Hamon. Dernièrement, elle a été faite officier de l'ordre britannique pour sa contribution à la recherche économique. L'un de ses collaborateurs préférés, Pierre-Olivier Gourinchas (Berkeley) autre grand spécialiste de la Finance, a également paraphé la tribune.

Parmi les autres signataires, on peut mentionner Francis Kramarz (CREST), grand spécialiste du marché du travail, Yann Algan (Sciences Po), qui travaille sur l'économie digitale, Thomas Philippon (New York University), qui figure dans la liste des meilleurs économistes de moins de 45 ans établies par le FMI, l'ex-président de l'OFCE Jean-Paul Fitoussi, le jeune Emmanuel Fahri (Harvard) ou encore François Bourguignon (École d'économie de Paris), spécialiste de la mondialisation.

Le prix Nobel d'économie 2014 Jean Tirole, lui, brille par son absence. Sa conseillère en communication nous avait prévenu en février qu'il ne prendrait pas parti. D'ailleurs Jean Tirole s'était déjà bien gardé de soutenir un quelconque candidat en 2012.

Julien Marion