BFM Business

Pourquoi rendre obligatoire l'immatriculation des vélos?

Le marquage des vélos devrait dans un premier temps concerner l'ensemble des vélos neufs vendus en France afin de prévenir les vols qui ont explosé ces dernières années.

Le premier ministre et la ministre des transports ont donc dévoiler le plan vélo du gouvernement pour inciter les Français à davantage pédaler. Parmi les mesures, l’immatriculation obligatoire des vélos a particulièrement retenu l'attention. A quoi va donc ressembler cette immatriculation des deux roues?

Il devrait s'inspirer du Bicycode, le système déjà en place et créé par la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB). Il s’agit d’un code gravé sur le cadre du vélo avec une étiquette transparente sur le dessus (image ci-dessous). Il y a 150 opérateurs en France affiliés avec la Fédération qui pratiquent cet enregistrement. Et cela coûte entre 5 et 10 euros. Aujourd’hui il y a 400.000 vélos enregistrés sur la base de données. Ce qui est une toute petite proportion du parc français qu’on estime à 25 millions. 

Vélo immatriculation
Vélo immatriculation © FUB

D’ailleurs il ne s’agit pas d’une immatriculation en tant que telle mais d'un marquage. Les agents de police qui flashent votre code n’ont accès à aucune de vos données personnelles et ne peuvent pas vous verbaliser. Ils peuvent simplement savoir si le vélo a été volé et si c'est le cas, savoir à qui il appartient.

Dans un premier temps, ce sont seulement les vélos neufs qui auront droit à leur petit code. Les revendeurs de cycles devraient avoir la charge d'enregistrer et de graver les vélos. Mais il est question aussi de l’étendre aux vélos d’occasion via la revente. Concrètement lorsque vous irez sur Leboncoin ou autre vous pourrez exiger un certificat de propriété au vendeur. Pour cela il faudra avoir au préalable fait marquer votre vélo.

L’immatriculation ne devrait pas concerner tous les vélos. Le décret d'application donnera les détails mais si vous avez acheté un vélo à petites roulettes à votre fils de 3 ans vous n’aurez probablement pas à l’immatriculer. "Ça n'aurait pas de sens d'identifier les vélos jouets dont le prix est dérisoire", assure Claude Lievens, vice-président de la FUB. 

Des vols de vélos multipliés par deux en 10 ans

Car l'objectif de cette identification est de prévenir les vols de vélos qui sont en forte hausse en France. "L’idée c’est que les vélos non marqués ne trouvent plus de repreneurs en France", a expliqué le premier ministre Edouard Philippe lors de la présentation du Plan vélo. Le gouvernement qui entend développer le système au niveau européen afin de s'attaquer aux filières de recels de vélos.

On estime en effet à 400.000 au minimum le nombre de vélos volés en France, un chiffre qui a doublé en 10 ans. C’est deux fois plus par exemple que le vol de voitures dont le parc est bien supérieur (40 millions d'automobiles contre 25 millions de vélos). Et comme le prix moyen du vélo vendu en France est de 350 euros cela représente un préjudice de 140 millions d’euros pour la société française.

Mais pourquoi rendre cette "immatriculation" obligatoire ? D'abord pour les retrouver plus facilement en cas de vol. Et ensuite pour dissuader les voleurs en généralisant le marquage. "C'est un peu comme le vaccin, compare Claude Lievens. Il faut que toute une population soit vaccinée pour que ce soit efficace. Idem donc pour le marquage. Il faut que tous les vélos soit marqués et enregistrés pour dissuader les voleurs."

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco