BFM Business

Portugal: l'austérité sanctionnée

Le Portugal va devoir prendre de nouvelles mesures d'austérité pour satisfaire ses créanciers

Le Portugal va devoir prendre de nouvelles mesures d'austérité pour satisfaire ses créanciers - -

La Cour constitutionnelle portugaise a annulé, vendredi 5 avril, quatre mesures de rigueur censées rapporter 860 millions d'euros à l'Etat.

Le Portugal n’est pas au bout de ses peines. Le gouvernement a en effet subi un sérieux revers, vendredi 5 avril, de la part de la Cour constitutionnelle. Cette dernière a rejeté plusieurs mesures du budget de l'Etat pour 2013, élément clé du plan de sauvetage négocié avec les créanciers internationaux du pays.

La Cour constitutionnelle a jugé non conforme à la Loi fondamentale la suppression des 14e mois de salaires versés aux fonctionnaires et aux retraités, ainsi qu'une mesure instaurant un prélèvement sur les allocations chômage et maladie. Elle avait été saisie au début de l'année par le président Anibal Cavaco Silva, pourtant du même parti social-démocrate que le Premier ministre Pedro Passos Coelho, et par l'opposition de gauche.

>> A lire aussi - Le Portugal privatise ses bijoux de famille

860 millions d'euros à trouver

Le verdict rendus par les juges, sans possibilité d'appel, met le gouvernement en difficulté. Celui-ci voit s’éloigner l’objectif de ramener le déficit public à 5,5% du PIB à la fin de l'année, les mesures retoquées ayant un impact budgétaire net d'environ 860 millions d'euros, selon les estimations.

Il lui faudra vraisemblablement compenser ce montant par de nouvelles mesures d'austérité, d'autant plus qu'il s'est d'ores et déjà engagé à réduire les dépenses publiques de manière "permanente" à hauteur de 4 milliards d'euros d'ici 2015.

Ce nouvel épisode ne devrait pas contribuer à détendre le climat politique et social, qui s’est dégradé depuis le vote du budget 2013 par le Parlement.

D’une rigueur sans précédent, celui-ci est marqué par une hausse généralisée des impôts, devant contribuer à 80% à un effort de 5,3 milliards d'euros. Et ce dans le cadre du programme d’austérité actuel, contrepartie du plan de sauvetage de 78 milliards d'euros, accordé en mai 2011 par l'Union européenne et le Fonds monétaire international.

>> A lire aussi - Bruxelles prête à assouplir la pression sur le Portugal

>> A lire aussi - Bruxelles dresse le tableau d'une économie européenne à deux vitesses

Y.D.