BFM Business

Placements : comment consolider son patrimoine quand on a 60 ans ?

Dans la mesure où à 60 ans, on se trouve en fin d’activité professionnelle, il peut être opportun de réemployer certaines rentrées exceptionnelles telles que des primes de départ à la retraite dans des placements à long terme.

Dans la mesure où à 60 ans, on se trouve en fin d’activité professionnelle, il peut être opportun de réemployer certaines rentrées exceptionnelles telles que des primes de départ à la retraite dans des placements à long terme. - Pixabay

Si la quarantaine constitue une phase de vie où prendre des risques pour dynamiser ses placements peut se révéler judicieux, la soixantaine venue, la consolidation est de mise.

Entre la baisse des rémunérations liée à la fin d’activité et la volonté de transmettre, les épargnants âgés de 60 ans et plus ont tout intérêt à opérer un arbitrage patrimonial spécifique. L’idée : compenser la perte des revenus d’activité, contenir la fiscalité et préparer l’avenir de ses proches.

Le fait est qu’entre la hausse de la CSG et une augmentation annoncée du pouvoir d’achat qui tarde à se faire ressentir, les sexagénaires sur le point de prendre leur retraite - ou qui s’y trouvent déjà - doivent faire des choix pour préserver leur train de vie et leur patrimoine. Ce que confirment Cédric Forman, Directeur Général de Thesaurus, société de conseil en Gestion Privée, et Charly Tournayre, Responsable du service ingénierie patrimoniale.

Dans quelle situation financière et patrimoniale se trouvent les sexagénaires aujourd’hui ?

Charly Tournayre : Il s’agit d’une période de vie spécifique qui se traduit par une baisse des revenus parfois significative du fait de la retraite. Ce peut être, dans un premier temps, le moment de sécuriser son patrimoine en réallouant certains avoirs vers des placements plus défensifs. Pour ceux qui ont pu anticiper, ce sera le moment de profiter de placements d’épargne réalisés précédemment via, par exemple, des rentes de PERP ou de rachats trimestriels d’assurance-vie.

Pour cette tranche d’âge, il peut y avoir une problématique fiscale. Non seulement, elle subit généralement une forte imposition, mais elle doit aussi parfois composer avec l’IFI. Et pour cause, il s’agit d’une génération qui a pu acheter des biens immobiliers dans les années 90/2000 à des prix qui se sont aujourd’hui envolés.

En outre, les sexagénaires doivent aussi préparer leur transmission. Cela peut notamment passer par le démembrement de propriété, ou la donation. Quoiqu’il en soit, tous ces aspects doivent être pris en considération à cette période de la vie.

Quelle stratégie d’investissement préconisez-vous d’instaurer ?

Charly Tournayre : En premier lieu, il faut s’intéresser à la structuration et à la diversification de son patrimoine. Il importe par exemple d’évaluer la pertinence au cas par cas de la création d’une SCI, d’une SARL de famille ou d’autres montages juridiques.

D’autre part, il peut être judicieux de réorganiser certains investissements locatifs. Dans certaines situations, il peut s’avérer intéressant de passer du statut de LMNP à LMP. Pour quelle raison ? Parce que ce basculement revêt l’avantage non négligeable de sortir les biens de l’IFI.

Pour optimiser sa fiscalité, plusieurs solutions sont envisageables. Elles vont du Girardin Industriel au déficit foncier, en passant par les FIP. 

Cédric Forman : Dans la mesure où à 60 ans, on se trouve en fin d’activité professionnelle, il peut être opportun de réemployer certaines rentrées exceptionnelles telles que des primes de départ à la retraite dans des placements à long terme sans faire appel au crédit, grevé par des frais d’assurance séniors. Aujourd’hui, une stratégie patrimoniale ne peut être définie de façon figée, elle ne cessera d’évoluer au cours d’une vie. Ainsi, à la soixantaine, il est nécessaire d’arbitrer et de réallouer son patrimoine. Par exemple, on réarbitrera ses contrats d’assurance-vie vers une allocation plus sécuritaire. Il est également essentiel d’assurer la pérennité de son patrimoine pour assurer l’avenir de ses proches

Quels sont les points d’attention à observer durant cette phase de vie ?

Cédric Forman : Clairement, il est recommandé de garder toujours à l’esprit le rapport rendement/risques pour adopter le bon comportement.

Julie COHEN-HEURTON