BFM Business

Pierre Moscovici dit qu'il ne fait "pas campagne" pour la présidence de l'Eurogroupe

Pierre Moscovici "ne fait pas campagne" pour être élu à la présidence de l'Eurogroupe

Pierre Moscovici "ne fait pas campagne" pour être élu à la présidence de l'Eurogroupe - -

Pressenti pour succéder à Jean-Claude Juncker, le ministre des Finances dit ne pas croire qu’il sera choisi par ses paires. Il indique à BFMTV-RMC, ce vendredi 7 décembre, ne "pas être candidat", pour le moment.

Pierre Moscovici ne part pas en campagne pour devenir le chef de file de l’Eurogroupe, qui rassemble les ministres européens des Finances de la zone euro. La presse allemande a rapporté que le ministre français serait pressenti pour succéder au Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, lequel cèdera sa place le 31 janvier prochain.

Mais ce vendredi 7 décembre, Pierre Moscovici a estimé "ne pas croire" qu’il puisse être élu à la tête de l’Eurogroupe. "Jean-Claude Juncker va quitter ce poste qu’il occupait de manière remarquable. Il va être difficile à remplacer et nous allons y réfléchir collectivement", avec les partenaires européens.

Il dit ainsi "ne pas être candidat" à cette présidence. "Il faut que ce président soit désigné de façon consensuelle. Je ne fais pas campagne".

La porte reste pourtant ouverte

Un peu plus tard, l’entourage de Pierre Moscovici a expliqué à Reuters que les déclarations du ministre de l’Economie et des Finances signifiaient qu’il n’était pas candidat "aujourd’hui", le processus de sélection n’ayant pas encore commencé.

Autrement dit, Pierre Moscovici n’a pas encore fermé la porte, même s’il ne semble pas vraiment optimiste, du moins officiellement. Pour le moment, plusieurs hypothèses circulent. Parmi elles, l’idée d’un tandem entre Pierre Moscovici et son homologue allemand Wolfgang Schäuble court. Un certain symbole de l'amitié franco-allemande.

Julien Marion