BFM Business

Pierre Mauroy: des nationalisations à la rigueur

Pierre Mauroy est mort ce vendredi 7 juin

Pierre Mauroy est mort ce vendredi 7 juin - -

Pierre Mauroy est mort ce vendredi 7 juin. Premier ministre de 1981 à 1984, il a été l'instigateur des 39 heures, de la cinquième semaine de congés ou encore des grandes nationalisations comme Suez ou Rhône-Poulenc. Mais aussi du virage de la rigueur en 1983.

L'ancien Premier ministre Pierre Mauroy est mort ce matin, vendredi 7 juin, à l'âge de 84 ans à la suite d'un malaise. Il était atteint d'un cancer depuis 2012. Maire de Lille pendant 28 ans, il fut en 1981 le premier chef d'un gouvernement socialiste sous la Vème république.

Pierre Mauroy Premier ministre, c'est d'abord une politique très marquée à gauche, les 39 heures, la cinquième semaine de congés payés, l'augmentation du nombre de fonctionnaires, la retraite à 60 ans, abolition de la peine de mort.

C'est aussi le début aussi des grandes nationalisations, CGE, Saint-Gobain, Pechiney, Rhône-Poulenc ou encore Suez et Paribas.

Echec du projet de loi sur l'école privée

Mais en 1983, les ennuis commencent, la situation économique de la France se dégrade. Il faut assumer "le tournant de la rigueur". Pierre Mauroy se voit contraint d'endosser les habits d'un Churchill à la française. On lui doit, d'ailleurs, cette phrase: "la rigueur c'est l'austérité et l'espoir!"

Il se lance dans une politique de privatisations, les marchés financiers sont dérégulés, les salaires sont bloqués. En 1983 par exemple, plus de 68 milliards de francs seront ponctionnés sur les ménages. Une volteface particulièrement douloureuse pour ce fils d'instituteur dont on dit qu'il a convaincu François Mitterrand de ne pas casser l'Europe en sortant du Système monétaire européen (SME).

Epuisé, il quittera Matignon en 1984 après l'échec du projet de loi Savary sur l'école privée.

Jean-Baptiste Huet