BFM Business

Philippe Martinez accuse Emmanuel Macron de ne pas connaître "la vraie vie"

Sur France Inter, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, invite le président de la République à "regarder par la fenêtre de son palais pour voir la vraie vie"

Sur France Inter, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, invite le président de la République à "regarder par la fenêtre de son palais pour voir la vraie vie" - Bertrand GUAY / AFP

À quelques heures du début de la manifestation "anti-Macron", Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, donne le ton et accuse le président de la République de ne pas entendre la rue.

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a estimé ce samedi sur France Inter que le président de la République "devrait regarder par la fenêtre de son palais pour voir la vraie vie" car Emmanuel Macron "a du mal à entendre le mécontentement social".

La CGT participe samedi à la "marée populaire", mouvement lancé par une soixantaine de syndicats, partis politiques et associations, pour protester contre la politique d'Emmanuel Macron, qui a répondu par avance que "ça ne l'arrêtera pas".

"Ce n'est pas la première fois que le président de la République a ce genre de remarque, il a du mal à entendre le mécontentement social qui existe dans ce pays", a-t-il lancé quelques heures avant le lancement des défilés à Paris et en province. "Il faudrait que de temps en temps, il regarde par la fenêtre de son palais pour voir la vraie vie!", a-t-il ajouté.

"La girouette de l'opinion publique"

Philippe Martinez critique la politique de l'exécutif: "On fait des cadeaux aux très riches, on invite à l'Élysée des PDG d'entreprises qui ne paient pas leurs impôts et à côté de ça, on gèle les salaires des fonctionnaires, on applique la CSG aux retraités etc."

Interrogé sur les propos d'Emmanuel Macron qui a dit vendredi qu'"écouter les gens, ça ne veut pas dire être la girouette de l'opinion publique", Philippe Martinez a répondu: "Un président de la République ce n'est pas une girouette, il faut écouter. Quelque soit le score qu'on obtient aux élections il y a besoin d'avoir au moins une oreille, une oreille!, sur la réalité et le vécu des citoyens dans ce pays", a-t-il dit.

Sur le fait que le gouvernement ne cédera pas, Philippe Martinez a rétorqué: "D'autres l'ont dit avant lui", citant "Juppé", "une référence pour le Premier ministre", Édouard Philippe étant proche de l'ancien Premier ministre et actuel maire de Bordeaux.

P.S. avec AFP