BFM Business

Panneaux solaires chinois : Bruxelles impose 11,8% de droits de douane

La première centrale solaire photovoltaïque au sol en France,à Lunel,dans l'Hérault (illustration)

La première centrale solaire photovoltaïque au sol en France,à Lunel,dans l'Hérault (illustration) - -

Bruxelles impose une mesure protectionniste à l'encontre des panneaux solaires chinois, pour défendre le marché européen : à partir de jeudi, ces produits made in China se verront appliquer 11,8% de droits de douane. Faute d'accord d'ici août, ces droits seront portés à plus de 47%.

Pour protéger son marché, l'Union européenne va imposer des droits de douane sur les panneaux solaires importés de Chine, a annoncé mardi le commissaire au Commerce Karel De Gucht, confirmant la volonté de Bruxelles de mettre à exécution sa menace de sanctions contre les fabricants chinois.
Les droits de douane seront ainsi fixés à 11,8% dès jeudi. Mais la menace de Bruxelles ne s'arrête pas là: faute d'accord d'ici là avec Pékin, ces droits pourront même être portés à 47,6% en moyenne.
La Commission de Bruxelles impose ici une mesure qui portera sur plusieurs milliards d'euros de panneaux solaires made in China, et ce en dépit de la résistance de plusieurs Etats membres, dont l'Allemagne, mais elle poursuivra les discussions avec Pékin.

Les fabricants chinois soupçonnés de dumping

Ces sanctions s'appliqueront pour une période de six mois et constituent la réplique la plus forte à ce jour de la Commission européenne aux pratiques commerciales chinoises, que Bruxelles identifie à du dumping, autrement dit au fait de vendre des produits à un prix inférieur à leur coût de production. La Commission reproche également à la Chine d'avoir fait pression sur certains pays en les menaçant de mesures de représailles, ce que réfute la République populaire.
Mais au cours des dernières semaines, l'Allemagne et une quinzaine d'autres Etats membres de l'UE ont exprimé ces dernières semaines des réserves face à l'initiative de Karel De Gucht.
Le droit européen prévoit que l'application à titre provisoire de droits de douane laisse le champ libre à une solution négociée, qui pourrait consister dans le cas des panneaux solaires en la fixation d'un prix de vente plancher en Europe.
Si les négociations échouent, le relèvement des droits de douane pourrait être prolongé pour cinq ans à partir de décembre, à condition que la décision soit avalisée par le Conseil européen.

Alexandre Le Mer avec Reuters