BFM Business

Nicolas Sarkozy présente sa défense, 3 ans après son élection

Au plus bas dans les sondages et confronté à une majorité d'humeur frondeuse depuis la déroute de la droite aux élections régionales de mars, Nicolas Sarkozy présente sa défense dans un document d'une soixantaine de pages distribué à quelques milliers d'e

Au plus bas dans les sondages et confronté à une majorité d'humeur frondeuse depuis la déroute de la droite aux élections régionales de mars, Nicolas Sarkozy présente sa défense dans un document d'une soixantaine de pages distribué à quelques milliers d'e - -

PARIS - Au plus bas dans les sondages et confronté à une majorité d'humeur frondeuse depuis la déroute de la droite aux élections régionales de...

PARIS (Reuters) - Au plus bas dans les sondages et confronté à une majorité d'humeur frondeuse depuis la déroute de la droite aux élections régionales de mars, Nicolas Sarkozy présente sa défense dans un document diffusé par l'Elysée.

Trois ans après son élection, le 6 mai 2007, le chef de l'Etat invoque la crise financière et économique pour expliquer le bouleversement de ses priorités par rapport à son programme initial, mais maintient qu'il n'a renoncé à aucun engagement.

"L'heure n'est pas au bilan. Face à la crise, dont les effets perdurent, le temps demeure résolument à l'action", lit-on dans l'introduction de ce livret d'une soixantaine de pages distribué à quelques milliers d'exemplaires par l'Elysée.

Ce n'est qu'au terme du quinquennat qu'un "bilan complet pourra être tiré", ajoutent les auteurs du préambule. "Il reste encore près de deux ans de travail au gouvernement et à la majorité pour tenir les engagements pris en 2007."

Si ce livret destiné aux relais d'opinion et aux élus se défend de tirer un bilan des premières années du quinquennat, il n'en revient pas moins longuement sur trois ans de politique présidentielle, chiffres à l'appui.

Il fait ainsi valoir que le pouvoir d'achat des Français a progressé de 2,1% en 2009 malgré la crise et que l'Etat a consacré l'an passé plus de 13 milliards d'euros aux politiques d'emploi et maintenu ce niveau pour 2010.

Les priorités du projet initial de Nicolas Sarkozy étaient "restaurer l'autorité, réhabiliter le travail et replacer la justice au coeur du modèle français", rappelle ce document.

Or, "au second semestre 2008, face à la récession la plus grave que le monde et la France aient connue, l'ordre des priorités à dû être modifié", poursuit-il. "La priorité a été donnée à la lutte contre la crise et à la limitation de ses effets les plus néfastes."

Sortir le pays de la crise demeure aujourd'hui "la priorité absolue" du chef de l'Etat, ainsi que l'emploi, lit-on dans ce livret intitulé "3 ans d'action".

Nicolas Sarkozy promet de nouveau de placer la justice au coeur de son action et des réformes qui reste à accomplir, dont celles, à haut risque, des retraites.

Il s'engage cependant aussi à poursuivre les efforts de réduction des déficits publics, notamment en ramenant en 2012 le nombre de fonctionnaires de l'Etat à ce qu'il était au début des années 1990, après l'avoir réduit de 100.000 entre 2007 et 2010.

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse