BFM Business

Nicolas Sarkozy ou le jackpot des conférences de luxe

Nicolas Sarkozy devrait donner des conférences à travers le monde

Nicolas Sarkozy devrait donner des conférences à travers le monde - -

Nicolas Sarkozy va donner ce jeudi 11 octobre sa première conférence en tant qu'ancien président de la République. Si sa rémunération reste confidentielle, les exemples précédents montrent que l'affaire est très lucrative. Mise à jour le 11 octobre.

"Et toi, petit, tu veux faire quoi plus tard ? - Je veux être ancien président de la République!" Une nouvelle vocation ? On peut, à l'évidence, se poser la question, alors que s’étalent publiquement les rémunérations des anciens chefs d’Etat.

Celle de Nicolas Sarkozy, elle, est restée confidentielle. L'ancien chef de l'Etat va donner ce jeudi sa première conférence à New York, à la demande de la banque d'investissement brésilienne BTG Pactual.

L'ex-président de la République devrait à cette occasion garnir quelque peu son compte en banque. Car il s'inscrit dans la droite lignée des Bill Clinton, Tony Blair, ou autres Al Gore.
Selon le Canard enchaîné du 29 août, la banque d’affaires Morgan Stanley aurait proposé 250 000 euros à Nicolas Sarkozy pour une conférence de… 45 minutes. Soit 5550 euros la minute, et 92 euros la seconde. A New York, ce dernier devrait parler durant une heure trente...

Des chiffres qui peuvent paraître exorbitants mais qui, sans mauvais jeu de mot, sont monnaie courante. Bill Clinton, l’ancien président des Etats-Unis, arrondit régulièrement ses fins de mois en donnant son avis sur la marche du monde. Selon Le point, ses activités de conférencier lui auraient rapporté plus de 75 millions de dollars en 10 ans! Soit des prestations facturées de 100 000 à 300 000 euros.

Jusqu'à 200 000 euros pour Tony Blair

D’autres ont suivi son exemple. Pour Tony Blair, ex-Premier ministre britannique, comptez 200 000 euros. Pervez Musharraf, président du Pakistan jusqu’en 2008, vend quant à lui ses services pour 150 000 euros. L’ancien chancelier allemand Gehrard Schröder ne demande, pour sa part, "que" 50 000 euros par conférence, quand le dernier président de l'Union soviétique Mikhail Gorbachev reçoit, lui, 60 000 euros.

Certains n’ont même pas eu besoin de diriger un Etat pour exploiter le filon. Al Gore , l’ex-futur président des Etats-Unis défait par Georges W. Bush et prix Nobel de la paix en 2007, vient défendre les intérêts de la planète pour environ 150 000 euros. Dominique Strauss-Kahn, de son côté, garde le mystère entier sur ses honoraires lors de ses interventions, à Pékin ou plus récemment à Cambridge. Mais que l’on se rassure, d’autres brillants esprits ont des exigences un peu plus raisonnables. Michel Rocard, l’ancien Premier ministre français, reçoit en moyenne 3000 euros par intervention.

Yann Duvert