BFM Business

Nicolas Sarkozy a donné une nouvelle conférence au Qatar

Nicolas Sarkozy donne régulièrement des conférences rémunérées depuis sa défaite à l'élection présidentielle de 2012.

Nicolas Sarkozy donne régulièrement des conférences rémunérées depuis sa défaite à l'élection présidentielle de 2012. - Martin Bureau - AFP

Le nouveau président de l’UMP s’est rendu à Doha, la semaine dernière, sur invitation de la Qatar National Bank, afin d’y donner une conférence rémunérée.

Nicolas Sarkozy tient visiblement à soigner son image d’ancien chef d’Etat. Sur invitation de la Qatar national Bank (QNB), l’ancien président français a en effet donné une nouvelle conférence, le 6 décembre dernier à Doha, rapporte Paris Match jeudi 11 décembre.

Pour un montant qui n’a pas été révélé - mais qui pourrait se situer aux environs de 100.000 dollars - le nouveau patron de l’UMP a ainsi prodigué des conseils d’investissement en Europe et en France.

La Qatar National Bank a elle-même investi massivement dans l’hexagone, notamment dans le Paris Saint-Germain. Nicolas Sarkozy, spectateur assidu du Parc des Princes, est d'ailleurs régulièrement cité comme l’un des principaux artisans du rachat du PSG par ses propriétaires qataris. Il aurait ainsi profité de sa visite à Doha pour rencontrer l’émir du Qatar, Tamin Al Thani, dont il est proche.

Sarkozy, un habitué des conférences

Depuis sa défaite à l’élection présidentielle de 2012, l’ancien chef de l’Etat a multiplié les interventions rémunérées, qu’elles se déroulent en Allemagne, au Congo, au Canada, ou en Corée du Sud. Il y a un an, il s’était servi d’une conférence organisée par Goldman Sachs à Londres pour livrer une nouvelle indication sur son retour en politique, évoquant avec le sourire "les tigres" qui "ne deviennent jamais végétariens".

Lors de la campagne interne pour la présidence de l’UMP, Nicolas Sarkozy avait également donné une conférence à Séoul, dans le cadre du World Knowledge Forum. Devant un début de polémique, son entourage avait assuré au Monde que le candidat tenait simplement à honorer "des engagements de longue date". Mais selon les informations de BFMTV, l'ancien locataire de l'Elysée ne compte pas s’arrêter là.

Peut-être changera-t-il d’avis lors de la bataille en vue des primaires de 2016: Alain Juppé, qui devrait être son principal adversaire, a déjà engagé les hostilités, reconnaissant avoir donné lui aussi des conférences à l’étranger, mais "sans demander d'argent. Mais chacun fait comme il veut. C'est une question d'éthique personnelle".

Les anciens chefs d'Etat régulièrement sollicités

Nicolas Sarkozy n’est pas le seul à parcourir le monde pour y distiller ses conseils. L’ancien président américain Bill Clinton arrondit ainsi régulièrement ses fins de mois en monnayant ses prestations entre 100.000 et 300.000 euros, ce qui lui aurait rapporté près de 75 millions de dollars en dix ans. D’autres hommes d’Etat ont suivi son exemple: Tony Blair, Gehrard Schröder, ou Mikhail Gorbachev.

Yann Duvert