BFM Business

Nathalie Kosciusko-Morizet: "On a terriblement laissé dériver le statut de fonctionnaire"

Nathalie Kosciusko-Morizet était l'invitée de BFM Business

Nathalie Kosciusko-Morizet était l'invitée de BFM Business - BFM Business

La candidate Les Républicains à la primaire de la droite et du centre était l'invitée de BFM Business ce mercredi 2 novembre. Elle est notamment revenue sur son programme d'économies, sa "flat tax" ainsi que le système de retraite à points.

À la veille du deuxième débat entre les candidats à la primaire de la droite et du centre, Nathalie Kosciusko-Morizet cherche à marquer sa singularité en économie. "Je pense qu'il ne faut pas réparer le système mais le changer, c'est ce qui fait la grande différence avec mes concurrents", a-t-elle déclaré ce mercredi 2 novembre lors du Grand Oral de l'économie de BFM Business.

Ce qui explique que le programme de Nathalie Kosciusko-Morizet contienne bon nombre de mesures particulières. C'est le cas notamment de la flat tax, qui concrètement propose de mettre en place un taux unique d'impôt sur le revenu à 20%.

"Coup de ménage" sur les niches fiscales

Une idée qui va permettre, selon la candidate, de simplifier grandement notre système fiscal. "Le système serait beaucoup plus simple et beaucoup plus individualisé. Aujourd'hui on a un dispositif fiscal complexe et dans les interstices de cette complexité se nichent des petits malins qui échappent à l'impôt. Et dans cette complexité se niche aussi énormément de frustration car chacun pense que l'autre profite de lui-même. Et la société française crève de cela", développe-t-elle.

Cette flat tax serait couplée à un revenu universel de 470 euros par personne ainsi qu'un sacré "coup de ménage" sur les niches fiscales.

Autre proposition forte de la députée de l'Essonne: la retraite à points et non plus par annuités. Les salariés, en cotisant, achètent ainsi un certain nombre de points. Une fois à la retraite, leur pension est égale au nombre de points multiplié par la valeur de ce point. Un système qui selon Nathalie Kosciusko-Morizet "est plus juste car la valeur du point est la même pour tout le monde. Ce système est aussi plus transparent et offre un nouveau degré de liberté: à tout moment vous savez combien de points vous avez et donc vous pouvez faire vos arbitrages".

Réforme drastique de la fonction publique

Enfin "NKM" a exprimé sa volonté de créer un big bang sur le statut de fonctionnaire. "Je propose une réforme drastique de la fonction publique avec une sortie du statut pour l'essentiel des fonctionnaires. J'ai été ministre d'un ministère où il y avait 60.000 fonctionnaires et mon expérience c'est que l'on a laissé terriblement dériver le statut, droite et gauche réunis. Vous avez aujourd'hui des fonctions, des missions pour lesquels cela n'a pas de sens comme des informaticiens qui débuggent des ordinateurs de réseaux informatiques non sécurisés".

Outre la suppression du statut, NKM propose un "certain nombre de réformes qui vont avec comme la remise non pas d'un mais de trois jours de carence" et la "suppression du supplément familial de traitement", un supplément de salaire qui varie selon le nombre d'enfants à charge, qu'elle qualifie de "truc scandaleux".

J.M.