BFM Business

Mur de Berlin: 25 ans après, l’Est est toujours à la traîne

-

- - John Mac Dougall - AFP

VIDEO - Malgré les 1.500 à 2.000 milliards d’euros versés par l'Etat fédéral pour l’unification, la fracture Est/Ouest persiste : le potentiel économique des Länder de l'Est est encore inférieur de 30% à ceux de l'ouest

Depuis la chute du mur de Berlin, il y a tout juste 25 ans, l’économie de marché a remplacé la planification communiste dans l'ex-RDA. L’Ouest a versé "entre 1.500 et 2.000 milliards d’euros" pour financer la réunification, estime Thomas Lenk, professeur de finances publiques à l’université de Leipzig. Grâce notamment au "pacte de solidarité", financé par un impôt supplémentaire. 

Mais on est loin des promesses du chancelier Helmut Kohl, faites en juillet 90, qui annonçait que l'ancienne RDA se transformerait en un immense paysage fleuri.

Les anciennes routes défoncées sont maintenant bitumées, les bâtiments délabrés réhabilités et l’industrie de l’ex-RDA s'est hissée au niveau moyen de l’Union européenne. 

700 euros de différence sur le salaire moyen

Mais les grands groupes sont restés à l'ouest et avec eux, les meilleurs emplois et salaires. Le taux de chômage y caracole encore à plus de 9% contre moins de 6% pour l’ouest du pays.

Le salaire brut moyen est de 2317 euros alors qu'il dépasse les 3000 euros à l’ouest. Et Un ménage ouest-allemand dispose d’un patrimoine qui pèse plus du double que ceux de l’est. 

Mais l'ex-RDA est loin d'être uniforme : peu de rapport entre la Saxe dynamique, avec ses grandes villes Leipzig et Dresde, et les régions frontalières avec la Pologne et la République tchèque, essentiellement agricoles. 

Mais plus que la fracture est-ouest, c'est le clivage villes/campagne qui inquiète, a tel point que dans certaines régions rurales de l'ouest, on déplore que "plus de "20 ans après la Réunification les politiques se concentrent toujours sur la reconstruction de l'Est".

Delphine Liou avec BFMbusiness.com