BFM Business

Moscovici: "la récession n'est pas une surprise"

La récession n'est pas une surprise pour Pierre Moscovici

La récession n'est pas une surprise pour Pierre Moscovici - -

L'Insee vient d'annoncer, ce mercredi 15 mai, que la France était en récession. Pierre Moscovici, ministre de l'Economie, table toujours sur une croissance de 0,1% en 2013. Pour François Hollande, la récession est "moins profonde qu'en 2008 et 2009".

Pierre Moscovici tente de rester positif. Alors que la France est officiellement entrée en récession, le ministre de l'Economie a souligné, ce mercredi 15 mai, à la sortie du Conseil des ministres que ce n'était "pas une surprise" et était "largement due à l'environnement de la zone euro".

Il a assuré que la France maintenait "à la fois" sa prévision de croissance de 0,1% en 2013 et son objectif d'inverser la courbe du chômage d'ici la fin de l'année.

De son coté, François Hollande a affirmé lors du Conseil: "la situation économique est grave, rien ne sert de la minimiser". Ajoutant que la récession reste "moins profonde qu'en 2008 et 2009". Lors de son départ pour Bruxelles, le président a ajouté: "ce qu'on a à faire, ça n'est pas seulement de commenter ce qui s'est produit depuis trop longtemps, c'est faire en sorte que la croissance revienne. C'est le sens de la venue à Bruxelles, militer pour la réorientation de l'Europe vers la croissance."

Reprise de la croissance

L'économie française s'est contractée de 0,2% au premier trimestre 2013 après une autre contraction révisée à 0,2% au quatrième trimestre 2012, selon les premiers résultats des comptes nationaux trimestriels publiés ce mercredi par l'Insee.

Ces deux chiffres négatifs en succession signifient qu'elle a démarré l'année en récession, pour la première fois depuis quatre ans. "Je suis persuadé (...) que nous aurons dans la suite de l'année 2013 une reprise de la croissance", a ajouté Pierre Moscovici.

"C'est maintenant qu'il faut muscler encore nos dispositifs économiques, mobiliser toute notre énergie pour créer des emplois et faire en sorte que nous ayons une économie qui soit plus souple, plus compétitive, plus réactive, plus créative, plus innovante. C'est ce que fait le gouvernement", a-t-il affirmé.

"Tout cela doit nous inciter à avoir une politique européenne qui se mobilise pour la croissance" et "pour "l'emploi", a poursuivi le ministre

"Ce n'est pas la France qui est sur la sellette, c'est notre sort collectif qui est en jeu", a-t-il aussi dit, assurant que "la France se porte un peu mieux que le reste de la zone euro". La zone euro est en récession avec une baisse de 0,2% du PIB au 1er trimestre 2013, selon Eurostat.

>> Lire aussi: Pour l'Insee, la France est entrée en récession

|||sondage|||794

Diane Lacaze