BFM Business

Le taux de croissance plus fort que le taux de chômage aux Etats-Unis, une première?

-

- - Twitter

Donald Trump a affirmé que pour la première fois en 100 ans, le taux de croissance avait dépassé le taux de chômage. Ce qui n'est pas tout à fait vrai.

Le président américain Donald Trump a vanté l'excellente santé de la première économie mondiale dans une série de tweets ce lundi affirmant en particulier que le taux de chômage était inférieur à la croissance pour la première fois depuis un siècle. S'il est vrai que la croissance trimestrielle (4,2%) est supérieure à son taux de chômage (3,9%), c'est loin d'être une première dans l'histoire récente américaine. 

Que vérifie-t-on ?

Est-ce la première fois en 100 ans que l'on se retrouve dans la situation actuelle d'un taux de chômage inférieur au taux de croissance aux Etats-Unis? 

Que sait-on ?

Il suffit de comparer une donnée trimestrielle (la croissance du PIB en rythme annuel) et une donnée mensuelle (le taux de chômage) et comme le montre une analyse menée par l'AFP à partir des données du Bureau of Economic Analysis et du Bureau of Labor Statistics, les deux organismes américains de référence pour l'économie et l'emploi, le phénomène est loin d'être rare.

En revanche, c'est la première fois depuis la crise financière de 2008 où cela se produit. Dans les trois premiers mois de l'année 2006, le taux de chômage américain a en effet oscillé entre 4,7% et 4,8% de la population active, alors que la croissance du PIB avait atteint 5,4% en rythme annuel.

Cela s'était aussi produit à plusieurs reprises pendant les mandats de Bill Clinton (1992-2000), et à de nombreuses reprises entre 1948 et le début des années 1980.

Sur l'année 1950, pour ne prendre qu'un exemple, le taux de croissance trimestriel du PIB américain a oscillé entre 7,9% et 16,7%. Le taux de chômage a lui décru entre 6,5% de la population et 4,3%. Le taux de croissance du PIB américain était donc constamment supérieur au niveau du chômage dans le pays. 

Que peut-on en conclure ?

L'affirmation du président Donald Trump est fausse.

F.B. avec AFP