BFM Business

La Russie inaugure la première autoroute reliant Moscou à Saint-Pétersbourg sur 700 km

Construit notamment par un consortium réunissant le Français Vinci et la banque publique russe VTB, l'autoroute totalise 694 kilomètres et permet de relier les deux mégapoles en six heures

Construit notamment par un consortium réunissant le Français Vinci et la banque publique russe VTB, l'autoroute totalise 694 kilomètres et permet de relier les deux mégapoles en six heures - Vinci

Vladimir Poutine a inauguré ce mercredi la première vraie autoroute de 694 km reliant Moscou à Saint-Pétersbourg, les deux plus grandes villes du pays. L'industriel français Vinci a participé à sa construction, débutée en 2010 et qui fut contestée par des écologistes à cause de son tracé.

Les deux plus grandes villes de Russie, distantes de 700 km, sont enfin reliées par une véritable autoroute, inaugurée en personne par le président russe Vladimir Poutine. Construite notamment par un consortium réunissant le géant français du BTP Vinci et la banque publique russe VTB, l'autoroute permet de relier en voiture les deux mégapoles en 6 heures.

En 2017, Vinci Highways (groupe Vinci Concessions), via ses filiales UTS and TCH, était aussi devenu l’unique opérateur privé de l’autoroute entre Moscou et Saint-Pétersbourg, en remportant un contrat de 10 ans pour l’exploitation de nouvelles sections totalisant 359 km à l'époque.

L'ancienne route à 4 voies était mal éclairée

Déjà ouverte aux deux tiers à la circulation, c'est son dernier tronçon qui a été inauguré par le président russe. Elle remplace une ancienne route à quatre voies, parfois plus étroite encore, mal éclairée et traversant moult localités.

"L'autoroute Moscou-Saint-Pétersbourg est enfin ouverte. Elle s'est construite pendant longtemps", a relevé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, soulignant que "plus la vitesse de transport est élevée, plus l'économie en profite".

Les écologistes furent opposés à son tracé au nord de Moscou

L'autoroute M11 doit également devenir un terrain d'essai pour de nouvelles technologies. Des essais de véhicules sans pilote y commenceront ainsi au printemps 2020, selon le ministère des Transports cité par l'agence de presse publique russe Ria Novosti. Commencée en 2010, sa construction avait provoqué une importante mobilisation d'une association de riverains et de mouvements d'opposition et d'écologistes, qui dénonçaient la coupe d'une partie de la forêt de Khimki dans la banlieue nord de Moscou, traversée par quelque 43 km de l'autoroute.

Saint-Pétersbourg est déjà desservi depuis Moscou par des trains de nuit et des trains à grande vitesse, ces derniers faisant le trajet en près de quatre heures.

Frédéric Bergé avec AFP