BFM Business

Emmanuel Macron: "En l'état, je ne signerai pas le Mercosur"

Emmanuel Macron au G7

Emmanuel Macron au G7 - BFMTV

Le président de la République assure qu'il n'a jamais donné son accord sur le Mercosur et qu'en l'état des relations avec son homologue brésilien, il ne compte pas signer cet accord de libre-échange avec les pays d'Amérique du Sud.

"Je n'ai jamais donné mon accord définitif sur cet accord". Dans un entretien sur France 2, Emmanuel Macron a poursuivi son bras de fer à distance avec Jair Bolsonaro, son homologue brésilien, sur le Mercosur. Le président français a ainsi fait savoir qu'il ne comptait pas signer l'accord de libre-échange avec les pays d'Amérique du Sud. 

"J'ai toujours été prudent [avec cet accord] parce qu'on n'avait pas le détail. Le Ceta avec le Canada on l'a beaucoup amélioré", a rappelé Emmanuel Macron. Mais en ce qui concerne le Mercosur, Emmanuel Macron se veut intransigeant. "Un accord c'est un tout, il faut qu'on respecte nos engagements climatiques. Bolsonaro a renvoyé des scientifiques indépendants. Ce n'est pas moi qui ai changé, c'est simplement lui qui n'a pas respecté sa parole. En l'état, je ne signerai pas le Mercosur", a fait savoir le président de la République. 

"Des quotas et des clauses de sauvegarde"

Emmanuel Macron a par ailleurs assuré que déjà avant le contentieux avec le président brésilien, la France avait été déjà fait évoluer l'accord qui suscite de nombreuses inquiétudes notamment dans le monde agricole français.

"C'est un accord qui disait qu'on allait faciliter des échanges dans des domaines pour augmenter la croissance, mais j'ai été dur, je ne veux pas sur la viande, le poulet, qu'on importe trop avec trop de facilité, a précisé le président de la République. On a mis des quotas et des clauses de sauvegarde. On a mis en place des règles de contrôle et d'écologie qui sont des règles inédites. En juillet, au Japon, j'ai dit je suis d'accord parce que tout ce que j'ai demandé est rempli." Mais c'était avant la polémique avec le président Bolsonaro.
Fredéric Bianchi