BFM Business

Bruno Le Maire veut un impôt minimum sur les sociétés à l'échelle mondiale

Bruno Le Maire a plaidé jeudi à Davos pour un minimum d'imposition sur les sociétés au niveau mondial.

Bruno Le Maire a plaidé jeudi à Davos pour un minimum d'imposition sur les sociétés au niveau mondial. - CRÉDITFABRICE COFFRINI / AFP

Après sa taxe GAFA visant les géants du numériques et leurs impôts trop légers, le ministre de l'Economie et des Finances plaide désormais pour un taux minimum d'impôt sur les sociétés au niveau mondial. L'objectif serait de réduire au maximum l'optimisation fiscale réalisée par les multinationales.

Le ministre des Finances Bruno Le Maire a plaidé jeudi à Davos pour un impôt minimum sur les sociétés à l'échelon mondial, assurant que la France ferait de la fiscalité la priorité de sa présidence cette année du G7 Finances.

"Nous avons besoin d'un système fiscal international plus juste", a affirmé le ministre lors d'une conférence de presse en marge du Forum économique de Davos où il a défendu l'idée d'un capitalisme et d'une mondialisation "plus équitables".

"Nous avons besoin d'un impôt minimum sur les sociétés dans tous les pays développés, car nous savons que les grandes multinationales échappent à l'impôt", a-t-il souligné. "Un peu de compétition fiscale, ce n'est pas mauvais. Mais des juridictions qui pratiquent un taux 0, ce n'est pas acceptable. Cela permet aux entreprises d'échapper à une taxation juste", a-t-il expliqué. 

Une priorité pour la présidence française du G7

"Voilà pourquoi nous en ferons la priorité de la présidence française du G7 Finances", a affirmé le ministre, s'en prenant tout particulièrement aux pays qui ne taxent pas du tout les multinationales, afin notamment d'attirer leurs sièges sociaux. 

Invité de BFPTV le 22 janvier, le ministre de l'Economie avait évoqué son combat pour une taxation des sociétés plus équilibré au niveau international. "On ne peut pas accepter que les PME payent 14 points d'impôts sur les sociétés de plus que les GAFA et on ne peut pas accepter que des multinationales s'installent dans les paradis fiscaux", avait-il déclaré. Et selon lui, la solution passe donc par un "minimum d'imposition pour toutes les multinationales en Europe et je l'espère, dans le G7". 

Selon un récent rapport de l'OCDE, les taux moyens de l'impôt sur les sociétés ont encore baissé dans le monde l'an dernier pour atteindre 21,7%. Les pays pratiquant des taux de moins de 10% étaient au nombre de 13 l'an dernier contre 10 en 2000, a souligné l'OCDE, qui a pointé douze juridictions pratiquant des taux zéro, parmi elles les îles anglo-normandes Guernesey et Jersey, ainsi que l'Ile de Man et les Iles vierges britanniques.

Hugo Baudino avec AFP