BFM Business

Brexit: la pénurie de main d’œuvre contraint des entreprises à augmenter les salaires

Depuis l'annonce du Brexit, les citoyens européens sont de moins en moins nombreux à tenter l'aventure outre-Manche. Résultat, les entreprises peinent à recruter et se voient obligées d'augmenter leurs salaires pour attirer les talents.

C’est l’un des effets déjà visibles du Brexit. Selon une enquête menée auprès de 2000 employeurs et dévoilée par le Guardian, les entreprises britanniques sont confrontées à d’importantes difficultés de recrutement depuis l’annonce de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, les citoyens européens étant de moins en moins nombreux à tenter leur chance outre-Manche.

En 2017, l'immigration nette de citoyens de l'UE vers le Royaume-Uni a chuté à 101.000, soit son plus bas historique depuis 2013. En conséquence, le nombre de candidats par poste vacant, qu’il s’agisse d’un emploi qualifié ou non, est en baisse depuis l’été dernier. Selon l’Institut agrée du personnel et du développement (CIPD), le nombre de candidats est passé de 24 à 20 pour un poste peu qualifié, de 19 à 10 pour un emploi moyennement qualifié et de 8 à 6 pour un poste hautement qualifié.

"Les données officielles les plus récentes montrent qu’il y a eu un ralentissement important du nombre de ressortissants de l’UE venus travailler au Royaume-Uni l’année dernière. Cela alimente les problèmes croissants de recrutement et de rétention, en particulier dans les secteurs qui ont toujours compté sur la main d’œuvre non-britannique", note Gerwyn Davies, du CIPD.

Les entreprises obligées d'augmenter leurs salaires

Face à ce choc d’offre, la moitié des entreprises confrontées à des problèmes de recrutement ont déclaré avoir augmenté leurs salaires à l'embauche "Dans ce paysage où les candidats sont peu nombreux, les employeurs doivent non seulement offrir un salaire attractif, mais aussi des avantages supplémentaires", indique Alex Fleming, recruteur au sein de groupe Adecco.

Et d’ajouter: "Dans l’environnement actuel, les avantages sociaux tels que les soins de santé, une pension solide, un travail flexible, une culture de travail collaboratif donnent aux employeurs un avantage concurrentiel important pour attirer les meilleurs talents".

Nouveau système d'immigration

De son côté, Londres tente de rassurer aussi bien les Européens qui hésitent à franchir la Manche pour trouver du travail que ceux qui y ont déjà un emploi: "les citoyens de l’UE apportent une contribution énorme" (et ) "nous avons clairement indiqué dès le début de ce processus (le Brexit, ndlr) que nous voulons que ces citoyens et leurs familles puissent rester", a indiqué un porte-parole du gouvernement britannique.

Ce dernier a également assuré qu’"après avoir quitté l’UE, le Royaume-Uni continuera d’être le pays ouvert qu’il a toujours été". Et de conclure: "Nous mettrons en place un système d’immigration qui permet de contrôler qui vient au Royaume-Uni, et qui accueillera les plus brillants et les meilleurs qui veulent travailler dur".

P.L