BFM Business

Michel Rocard: "Sarkozy aurait fait pareil qu'Hollande"

L'ancien premier ministre propose de travailler moins tout en repoussant l'âge de la retraite

L'ancien premier ministre propose de travailler moins tout en repoussant l'âge de la retraite - -

Invité de BFM Business, l'ancien premier ministre socialiste estime que les deux candidats ont fait la même erreur durant la campagne, en surestimant la croissance, ce qui les aurait contraint à ajuster leur politique.

Michel Rocard continue à critiquer mezzo voce la politique menée par le gouvernement socialiste. Selon lui, "Nicolas Sarkozy aurait été élu, il aurait fait pareil" que François Hollande. En effet, tous deux ont commis "une erreur durant la campagne électorale" en tablant sur un retour de la croissance.

Problème: la croissance n'est pas venue, et l'on va "vivre sans croissance pendant un certain temps", a déclaré l'ancien premier ministre socialiste, qui "ne voit pas de croissance avant quelques années".

Surtout, la croissance de demain sera différente: "le retour à l'ancienne croissance est impossible, pour des raisons de prix du pétrole" -en clair, elle consomme trop d'énergie. Selon lui, la croissance sera désormais verte, en installant des doubles fenêtres et de la laine de verre dans tous les logements, en "remplaçant tout le parc automobile par des véhicules hybrides ou électriques", ou encore en creusant le canal Seine Nord pour favoriser le transport fluvial.

"Il y a le feu"

Michel Rocard, s'exprimant lundi 28 janvier sur BFM Business, a prié pour que cette fragile croissance ne soit pas tuée par des politiques trop récessives: "il faut réduire les dépenses publiques, mais sans aller jusqu'à la récession. Il faut en faire un peu pour rassurer les marchés. Mais les marchés eux-mêmes demandent de la croissance". Selon lui, "il y a le feu dans toutes les économies développées. Ca va assez mal partout, et la France n'est pas pire qu'ailleurs".

Encore plus de RTT

Idée avancée par l'ancien premier ministre dans son livre La gauche n'a plus le droit à l'erreur, co-écrit avec Pierre Larrouturou: il faut à nouveau baisser la durée hebdomadaire du travail. "C'est le seul moyen de faire baisser le chômage [en l'absence de croissance], donc c'est politiquement acceptable".

Michel Rocard, qui était l'invité du Grand journal, assure que les heures travaillées en France doivent augmenter pour atteindre au total "41 à 43 milliards", mais "la solution est qu'il y en ait un peu moins pour chacun". Il a cité l'exemple de l'Allemagne, où la durée du travail comme le taux de chômage sont plus faibles que chez nous.

Mais cette réduction du temps de travail ne doit pas se faire par la loi, comme sous le gouvernement Jospin: "il faut négocier, et pas passer par la loi, qui est un marteau pilon trop brutal". Il plaide pour "un mécanisme progressif qui incite à une baisse progressive de la durée du travail".

Donnant donnant

Parallèlement, Michel Rocard estime qu'il faut repousser l'âge de la retraite. Là encore, cela doit se faire par la négociation, ce qui sera certes "long et difficile", notamment "à cause de la CGT, qui refuse de voir le problème". Mais cela peut aboutir, comme en Suède, où un accord a été trouvé entre partenaire sociaux et sans l'Etat, au bout de... 7 ans de négociations.
Toutefois, il approuve la baisse de l'âge de la retraite décidée par François Hollande, qui "corrige une injustice, et touche assez peu au système en général".

Au final, il propose "un donnant donnant intéressant": "négocier" un allégement de la durée du travail hebdomadaire contre un allongement de l'âge de la retraite. Bref, travailler un peu moins chaque semaine, mais plus longtemps dans sa vie...

BFM Business.com