BFM Business

Marine Le Pen dénonce une "fatwa bancaire" contre le FN

La présidente du parti frontiste s'en est pris en particulier à la Société générale et à HSBC, livrant des détails sur le supposé "bannissement bancaire" du FN. Elle a également annoncé plusieurs dépôts de plaintes.

Comme attendu, Marine Le Pen a porté une vive offensive contre le secteur bancaire, et en particulier contre la Société générale qui a récemment sommé le FN de fermer ses comptes. Un "bannissement bancaire", voire une "fatwa bancaire", à entendre la présidente frontiste, qui a donné sa version des faits ce mercredi.

Elle a ainsi indiqué que le médiateur de la banque française avait catégoriquement refusé d’ouvrir une médiation.

Appel à la Banque de France

Se retrouvant sans comptes bancaires, le Front national a ensuite cherché à "activer un compte au sommeil au Crédit du Nord", filiale de la Société générale, a ensuite indiqué Marine Le Pen. Mais la banque a également demandé au FN de fermer ce compte.

Devant le refus de toutes les autres banques françaises, le parti s’est donc tourné vers la Banque de France, dans le cadre du "droit au compte", qui garantit le droit à un compte bancaire. Ironie de l’histoire, la banque désignée se nomme…Crédit du Nord. Le Front national n’a toutefois "pas le droit à l’usage de chèque, ni de l’encaissement par carte bleue des dons et adhésions", selon Marine Le Pen. Le parti se retrouve donc "sans recettes", a-t-elle déploré.

Plusieurs plaintes déposées

Conséquence: la dirigeante a annoncé un dépôt de plaintes pour "discrimination" contre la Société générale, et contre HSBC, dont elle affirme avoir été "chassée" à titre personnel.

Les motifs invoqués: "Pas assez d'informations sur moi", "manque d'information sur l'origine des fonds qui arrivaient sur mon compte personnel", a-t-elle assuré.

"Nous déposerons évidemment plainte tant au nom du Front national contre la Société Générale et sa filiale qu'à titre personnel je le ferai contre la HSBC. Et nous appelons nos cadres, nos élus, nos adhérents, nos électeurs, à en tirer toutes les conséquences et à soutenir plus que jamais le Front national et la démocratie", a-t-elle ainsi déclaré.

"Aucune considération politique", selon la Société générale

"Les décisions du groupe Société Générale en matière d'ouverture et fermeture de compte sont de nature exclusivement bancaire dans le respect des exigences réglementaires, et donc sans aucune considération politique", a fait savoir la banque française dans un communiqué.

"Concernant l’ouverture d’un compte au Crédit du Nord, un mandataire financier du Front National a sollicité la Banque de France pour bénéficier du droit au compte en tant que particulier. Le Crédit du Nord a répondu aux exigences de la Banque de France et a mis en application les services requis dans le cadre de la réglementation du droit au compte."

Y.D.