BFM Business

Manuel Valls se veut "aux côtés des entreprises"

"Ce sont les entreprises qui créent des richesses", a réaffirmé Manuel Valls.

"Ce sont les entreprises qui créent des richesses", a réaffirmé Manuel Valls. - BFMTV

Le Premier ministre, dans son discours de politique générale prononcé ce 16 septembre, a réaffirmé l'engagement de l'Etat auprès des sociétés. Il a livré sa conception de l'entreprise qui représente des cadres, des ouvriers, qui travaillent ensemble.

Dans la même veine que son discours à l'Université d'été du Medef, Manuel Valls a réaffirmé, ce 16 septembre, son amour des entreprises.

D'emblée, le chef du gouvernement a affirmé lors de son discours de politique générale qu'"aider nos entreprises, ce n'est pas un choix idéologique, c'est un choix stratégique".

Manuel Valls a justifié ce choix en affirmant que "nous devons être aux côtés de toutes nos entreprises, de nos entrepreneurs, nos PME, nos PMI, nos artisans, nos commerçants. Car ce sont les entreprises qui créent des richesses, de l’emploi".

"Et dans une concurrence mondiale qui ne fait aucun cadeau, pourquoi serions-nous le seul grand pays à ne pas aider nos entreprises pour qu’elles innovent, qu’elles partent à la conquête de nouveaux marchés?", a feint de s'interroger le chef du gouvernement.

L'entreprise: "des ouvriers, des salariés, des cadres"

Manuel Valls a ensuite livré sa propre conception de l'entreprise: "les entreprises, ce ne sont pas que des actionnaires. Ce sont des ouvriers, des salariés, des cadres, des ingénieurs, qui travaillent ensemble".

Pour être aux côtés de ces entreprises, le Premier ministre a rappelé ce qu'il a mis en place, à savoir le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi et le pacte de responsabilité.

Ce pacte est ainsi "là pour créer un climat de confiance et pour redonner des marges de manoeuvre aux entreprises" qui "en ont besoin".

Manuel Valls a notamment souligné, en réponse à Pierre Gattaz qui affirmait qu'il ne faut pas attendre trois ans que les réformes produisent des effets, que ces dispositifs commencent à produire des effets.

"Un chemin à trouver sur les seuils"

Tout en balayant d'un revers de la main les mesures proposées par le Medef pour doper la croissance, Manuel Valls a promis qu'il donnera de la flexibilité aux entreprises. Il a ainsi cité 'l'ouverture des magasins le dimanche et en soirée dans les zones touristiques" qui sera contenue dans le projet de loi "croissance" du gouvernement.

En outre, il a abordé la question des seuils sociaux, sujet cher au patronat. "Une nouvelle négociation, vous le savez, vient d’être lancée (sur ce sujet, ndlr)", a-t-il rappelé.

"Il y a, d’ici la fin de cette année, un chemin à trouver qui permette d’avoir un véritable dialogue social dans l’entreprise, en fonction de sa taille, sans entraver leur croissance". Et Manuel Valls de conclure que "progrès économique et progrès social sont intimement liés".

Diane Lacaze et Julien Marion