BFM Business

Manuel Valls compte réduire le coût des élections grâce à internet

La dématérialisation de la propagande électorale est déjà en vigueur à l'étranger

La dématérialisation de la propagande électorale est déjà en vigueur à l'étranger - J-S Evrad-AFP

Afin de réduire les coûts d'organisation des élections cantonales et régionales de l'an prochain, le projet de budget 2015 prévoit de supprimer l'envoi de la propagande électorale par la Poste. Une mesure que Manuel Valls voulait déjà introduire quand il était ministre de l'Intérieur.

Il n'y a pas de petites économies. Ainsi l'article 61 du projet de budget 2015 qui devrait être discuté début novembre au Parlement prévoit 132 millions d'économies l'an prochain.

Comment ? Tout simplement en supprimant l'envoi par la poste au domicile des électeurs des professions de foi des candidats aux élections cantonales de mars et des régionales de décembre au domicile et en les remplaçant par des envois via internet, comme cela se fait déjà pour l'élection des Français de l'étranger. Un procédé également en vigueur dans les pays européens à l'exception du Royaume Uni. 

Première tentative en 2013

Alors ministre de l'Intérieur, Manuel Valls avait bien tenté de faire passer cette dématérialisation de la propagande électorale en octobre 2013. Mais devant l'hostilité des élus locaux, il avait dû y renoncer. 

Cette fois, ce sont les communistes qui veulent monter au créneau lors de la discussion budgétaire pour dénoncer cette réforme au nom de "l'égalité des citoyens devant le suffrage universel". Affaire à suivre.

9.000 tonnes de papier

En pratique, la suppression des envois de propagande aura naturellement l'avantage d'économiser du papier. Comme le rappelle le projet de budget 2015, pour les dernières présidentielles de 2012, 9.000 tonnes de papier ont été nécessaires à l'envoi des professions de foi des candidats. 

Mais surtout, la dématérialisation entraînera des économies pour l'Etat chargé d'organiser les scrutins. Les dépenses liées à la propagande électorale pour les prochaines cantonales et régionales de 2015 sont estimées à 193 millions d'euros en cas d'envoi de déclarations par voie postale. Par internet, ce montant devrait être réduit de 70%, estime Bercy.

Même en lançant une campagne de communication pour prévenir les électeurs de ce changement et en comptant les développements informatiques de la dématérialisation, les économies nettes sont estimées à 132 millions pour ces deux scrutins. 

2,30 euros par électeur aux régionales

Conséquence de la dématérialisation, le coût d'organisation des élections cantonales de l'an prochain est estimé à 2,17 euros par électeur contre 3,11 euros en 2010. Celui des régionales à 2,30 euros contre 3,75 euros en 2011. Pour les dernières législatives de 2012, le coût atteignait 3,50 euros. 

Patrick Coquidé