BFM Business

Macron s'explique sur les prix à la pompe: "Le carburant, c'est pas bibi"

Interpellé lors de sa visite à Verdun, le chef de l'État a rappelé que la hausse du prix du carburant n'était pas (seulement) le fait de l'État.

La déambulation d'Emmanuel Macron à Verdun ce mardi a donné lieu à de vifs échanges avec des citoyens visiblement excédés.

Alors qu'un sexagénaire se plaignait que le gouvernement reprenne "doublement" ce qu'il "donne d'un côté", le chef de l'État a répondu: "Vous n'êtes pas juste avec le gouvernement, faites votre calcul (...) Je parie que vous êtes gagnant".

Macron "assume" les hausses de taxes

Quant à la hausse des prix de l'essence et du diesel, "le carburant, c'est pas Bibi", a-t-il rétorqué...avant de reconnaître que la progression des taxes est le fait de l'État, et qu'il "les assume". Mais la hausse des prix vient "aux trois quarts des cours mondiaux", a-t-il aussi rappelé.

Il a ensuite rappelé la prime à la conversion en faveur de véhicules propres, "mais les gens qui sont obligés de se déplacer pour aller travailler ou qui peuvent pas changer de chaudière car parfois ils sont pas raccordés au gaz (...) ceux là on va trouver un mécanisme pour les accompagner tant que les prix sont si hauts (...) car ils sont un peu otages", a-t-il promis.

Y.D. avec AFP