BFM Business

Macron assure ne pas vouloir une "société des entrepreneurs"

Le chef de l'État a affirmé devant le Congrès que "ce n'est pas la société des entrepreneurs que nous voulons". Une réponse aux récentes accusations dont il est la cible depuis son déplacement à la Station F.

Tenter d'éteindre la polémique. Dans un discours prononcé devant les députés et sénateurs réunis en Congrès à Versailles ce lundi, Emmanuel Macron a répondu à ses détracteurs qui l'accusent de vouloir créer une "start-up nation" en privilégiant le monde de l'entrepreneuriat au détriment des autres statuts plus "traditionnels".

"Ce n’est pas la société des entrepreneurs que nous voulons, ou la société de l’équilibre des finances publiques, ou la société de l’innovation. Tout cela est bien, tout cela est utile. Mais ce ne sont que des instruments au service de la seule cause qui vaille, une cause à laquelle le nom de la France est attaché depuis bien longtemps. Et cette cause est la cause de l'homme", a déclaré le président de la République. 

"Entrepreneur is the new France!"

Un peu plus tôt, le chef de l'État a indiqué que "rien d'autre ne doit compter à nos yeux" que cette idée selon laquelle "l'action politique n'a de sens que si elle est accomplie au nom d'une certaine idée de l'homme, de son destin, de sa valeur indépassable et de sa grandeur". 

Jeudi, lors de son déplacement à la Station F, plus vaste incubateur de start-up du monde, Emmanuel Macron avait créé la polémique en opposant les entrepreneurs à "ceux qui ne sont rien". Et de conclure son discours en lâchant un "Entrepreneur is the new France!". Des déclarations qui ont choqué l'opinion comme une large partie du monde politique qui lui reproche de considérer l'avenir uniquement par le prisme de l'entrepreneuriat, sans considération pour les autres statuts.

Paul Louis