BFM Business

Macron appelle Trump à exempter l'UE des taxes sur les importations d'acier et d'aluminium

En marge de sa visite d'État aux États-Unis, Emmanuel Macron a appelé Donald Trump  à ne pas taxer définitivement l'Union européenne. (image d'illustration)

En marge de sa visite d'État aux États-Unis, Emmanuel Macron a appelé Donald Trump à ne pas taxer définitivement l'Union européenne. (image d'illustration) - Alain Jocard - AFP

Le président français Emmanuel Macron, qui va entamer une visite d'État aux Etats-Unis, a appelé Donald Trump à ne pas appliquer de manière définitive à l'Europe des taxes sur les importations d'acier et d'aluminium.

Emmanuel Macron tente de faire fléchir Donald Trump. "J'espère qu'il décidera d'exempter l'Union européenne", des taxes sur l'acier et l'aluminium a-t-il déclaré le chef de l'État dimanche sur Fox News. "On ne fait pas la guerre avec ses alliés", a-t-il ajouté reprenant des propos tenus cette semaine par son ministre de l'Économie Bruno Le Maire.

Le 8 mars, le président américain avait promulgué des taxes de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium, exemptant néanmoins provisoirement le Canada et le Mexique, ses deux partenaires du traité de libre-échange nord américain (Aléna).

Quelques jours plus tard, l'administration Trump avait aussi exempté temporairement l'Union européenne. Une exemption accordée en échange d'une demande d'ouverture plus marquée des marchés des 28 pays membres de l'Union européenne. Des discussions sont en cours à ce sujet. "Il a dit que les exemptions courent jusqu'au 1er mai. Voyons de ce qu'il décidera le 1er mai. Je demande seulement: quelles sont nos priorités?", a commenté Emmanuel Macron.

La guerre contre tout le monde ne peut pas fonctionner 

"Si on fait la guerre contre tout le monde, on fait la guerre commerciale contre la Chine, la guerre commerciale contre l'Europe, la guerre contre la Syrie, la guerre contre l'Iran, voyons, cela ne peut pas fonctionner", a-t-il également estimé. "Nous sommes alliés", a-t-il insisté.

Le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire avait lui aussi exhorté vendredi Washington à lever de manière définitive ses tarifs sur les importations d'acier et d'aluminium européens. "Nous ne nous contenterons pas d'une exemption provisoire", avait-il déclaré, en marge des réunions du FMI. "Les augmentations de tarifs ne peuvent pas peser comme une épée de Damoclès sur les relations commerciales entre les États", avait-il ajouté. 

Emmanuel Macron s'envole lundi matin pour une visite d'État de trois jours aux États-Unis, dominée notamment par l'accord sur le nucléaire iranien et le conflit commercial UE-États-Unis. Il s'agit de la première visite d'État d'un dirigeant étranger sous la présidence Trump.

A.M. avec AFP