BFM Business

Lunettes et prothèses auditives: le reste à charge zéro entrera en vigueur avant la fin du quinquennat

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a promis que, tout en laissant les opticiens et vendeurs fixer leur prix comme ils le veulent sur les lunettes, la prise en charge à 100% des lunettes, prothèses auditives et dentaires pour tous les assurés de la Sécurité sociale, sera tenue.

Agnès Buzyn veut rassurer les opticiens qui viennent de claquer la porte des négociations sur le reste à charge zéro, estimant qu'on est en train de leur faire payer la réforme, à hauteur de 1 milliard d'euros de baisses de prix.

Emmanuel Macron s'était engagé pendant sa campagne à mettre en place une prise en charge à 100% des lunettes des prothèses auditives et dentaires. "La promesse sera tenue" et ce avant la fin du quinquenat, a promis la ministre de la Santé sur RMC-BFMTV, tout en laissant les professionnels fixer leurs prix comme ils le souhaitent.

Un calendrier différent selon les filières

Aujourd'hui, "près de 40% des gens ne s'équipent pas en prothèses auditives parce que c'est trop cher", a expliqué la ministre. "L'idée du reste à charge zéro, c'est que les Français n'aient plus à débourser pour accéder à des soins indispensables pour préserver la sociabilité, faire en sorte que les enfants voient bien à l'école".

À l'arrivée, d'ici la fin du quinquennat, "les Français n'auront plus à débourser de leur poche pour accéder à des lunettes ou à des audioprothèses de qualité", a-t-elle martelé.

Le calendrier de mise en place "va s'étaler au long du quinquennat", et "il sera différent selon les filières. Ce calendrier sera annoncé en juin. Les premières annonces seront probablement faites sur le secteur dentaire", étant donné que les négociations avec les chirurgiens dentistes "sont bien avancées" a précisé Agnès Buzyn. En parallèle, les tarifs de base des dentistes vont augmenter, a admis la ministre.

En revanche, "c'est plus compliqué parce que la filière optique s'est organisée avec énormément d'opticiens sur le territoire, et cette profession réalise que cela risque de changer les équilibres économiques à terme. C'est pour cela que les annonces ne peuvent pas être brutales. Il faut le temps que la filière se réorganise, donc les annonces vont être faites sur deux ou trois ans", a indiqué Agnès Buzyn.

Quant aux tarifs pratiqués par les audio-prothésistes et les opticiens, ils continueront d'être fixés librement, a affirmé la ministre. "Il faut que les Français aient le choix entre ce qu'ils ont envie de payer et ce qu'ils ne veulent pas payer de leur poche". Ainsi, ceux qui le veulent pourront opter pour "un panier de soins remboursé sans avoir à débourser de leur poche". Et évidemment, "ceux qui voudront un autre modèle, des choses plus sophistiquées auront la possibilité de le faire".

Les Français ne pourront bénéficier du reste à charge zéro sur les lunettes que tous les trois ans "dès lors qu'il s'agit d'un choix esthétique, pour changer de tête. Mais si l'on a un problème de vue, et qu'un ophtalmo prescrit des lunettes tous les ans parce que la vue baisse, a nuancé la ministre, ce sera évidement pris en charge à 100%".

N.G.