BFM Business

Les priorités de la nouvelle Commission européenne d'Ursula von der Leyen

Ursula Von der Leyen, prochaine présidente de la Commission européenne

Ursula Von der Leyen, prochaine présidente de la Commission européenne - FREDERICK FLORIN / AFP

Intronisée ce dimanche, l'équipe de 26 commissaires, dont sera entourée la première femme à prendre la tête de l'exécutif européen, concentrera ses efforts sur le numérique et la transition écologique.

Après quelques péripéties comme le rejet des candidatures de plusieurs commissaires (notamment la Française Sylvie Goulard), la nouvelle Commission européenne est prête à commencer à travailler avec un mois de retard. Elle sera intronisée ce dimanche après avoir remporte haut la main l'aval du Parlement européen.

C'est donc la première fois qu'une femme, Ursula von der Leyen, dirige le puissant exécutif européen. Et c'est la première fois que cette Commission sera aussi féminine avec 12 commissaires sur 26. A un doigt de la parité donc. On compte également 19 nouveaux venus (voir la liste complète des nouveaux commissaires en fin d'article).

Le premier continent neutre en carbone en 2050

Evidemment, les dossiers brûlants sont déjà nombreux: guerres commerciales, tensions avec les Etats-Unis, Brexit qui n'en finit pas. Mais cette nouvelle Commission installée pour cinq ans entend se concentrer sur deux priorités: le numérique et surtout la lutte contre le changement climatique, avec le "Green deal" (pacte vert) promis pour le début de son mandat. L'un de ses premiers engagements sera sa participation lundi à la COP25 de Madrid.

"Si nous faisons bien notre travail, l'Europe de 2050 sera le premier continent du monde neutre en carbone, elle sera une puissance de premier plan dans le numérique, elle restera l'économie qui réussit le mieux à assurer l'équilibre entre le marché et le social, elle sera chef de file dans la résolution des grands enjeux mondiaux", a indiqué Ursula von der Leyen.

Les mesures sur l'immigration dévoilées courant 2020

Sur le dossier épineux des migrations, Ursula von der Leyen a promis que l'Europe fournirait "toujours un abri à ceux qui ont besoin d'une protection internationale", mais a aussi prôné un renforcement des frontières extérieures et un retour de "ceux qui n'ont pas le droit de rester". Ses propositions devraient être dévoilées à la fin du premier trimestre 2020 ou au début du deuxième trimestre.

"Après les péripéties sur l'approbation des commissaires, la nouvelle présidente a voulu donner un message de confiance, dessiner le cadre de son action en démontrant que son équipe est cohérente avec son programme et prête à entrer en action", a commenté Eric Maurice de la fondation Schuman, interrogé par l'AFP.

Rappelons que le nouvel exécutif européen ne comptera pas de représentant britannique alors que le Royaume-Uni, encore membre de l'UE jusqu'au 31 janvier, a refusé de proposer un nom avant ses élections du 12 décembre. 

Qui sont les 27 commissaires européens?

- Climat : Frans Timmermans (Néerlandais, S&D, sociaux-démocrates), 58 ans, premier vice-président de la Commission sortante, est chargé du "Green Deal européen", l'une des priorités du nouvel exécutif européen. Cet ancien ministre des Affaires étrangères, polyglotte, avait brigué sans succès la présidence de la Commission. Il en est l'un des trois vice-présidents exécutifs, avec Margrethe Vestager et Valdis Dombrovskis.

- Environnement, océans et pêche: Virginijus Sinkevicius est, à 29 ans, le benjamin de la nouvelle Commission. Elu au Parlement lituanien en 2016, il a été nommé l'année suivante ministre de l'Economie, devenant le plus jeune membre d'un gouvernement lituanien.

- Concurrence et numérique: Margrethe Vestager (Danoise, Renew Europe, libérale), 51 ans, conserve le portefeuille de la Concurrence, où elle s'est forgée une réputation d'intransigeance, affrontant les géants de la Silicon Valley et interdisant la fusion Siemens-Alstom. Elle voit sa position renforcée avec un champ d'action étendu au numérique, autre chantier clé de la nouvelle Commission.

- Services financiers: Valdis Dombrovskis (Letton, PPE, droite), 48 ans.

- Chef de la diplomatie: Josep Borrell (Espagnol, S&D), 72 ans.

- Relations interinstitutionnelles: Maros Sefcovic (Slovaque, S&D), 53 ans.

- Valeurs et transparence: Vera Jourova (Tchèque, Alde, libérale), 55 ans. 

- Démocratie et démographie: Dubravka Suica (Croate, PPE), 62 ans.

- Migrations, sécurité, éducation: Margaritis Schinas (Grec, PPE), 57 ans.

- Budget et administration: Johannes Hahn (Autrichien, PPE), 61 ans.

- Commerce: Phil Hogan (Irlandais, PPE), 59 ans.

- Innovation et jeunesse: Mariya Gabriel (Bulgare, PPE).

- Emploi: Nicolas Schmit (Luxembourgeois, S&D), 65 ans.

- Economie: Paolo Gentiloni (Italien, S&D), 65 ans.

- Agriculture: Janusz Wojciechowski, (Polonais, CRE, souverainiste), 64 ans.

- Marché intérieur: Thierry Breton (Français), 64 ans.

- Cohésion et réformes: Elisa Ferreira, (Portugaise, S&D), 64 ans.

- Santé: Stella Kyriakides (Chypriote, PPE), 63 ans.

- Justice: Didier Reynders (Belge, Renew Europe, libéral), 61 ans

- Egalité: Helena Dalli (Maltaise, S&D), 57 ans.

- Affaires intérieures: Ylva Johansson (Suédoise, S&D), 55 ans.

- Gestion des crises: Janez Lenarcic (Slovène, indépendant), 52 ans.

- Transports: Adina-Ioana Valean (Roumaine, PPE), 51 ans.

- Voisinage et élargissement: Oliver Varhelyi (Hongrois, PPE), 47 ans.

- Partenariats internationaux: Jutta Urpilainen (Finlandaise, S&D), 44 ans.

- Energie: Kadri Simson (Estonienne, Renew Europe), 42 ans.

OC avec AFP