BFM Business

Les principales mesures du programme économique d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron sera présent au second tour de l'élection présidentielle.

Emmanuel Macron sera présent au second tour de l'élection présidentielle. - Thomas Samson - AFP

Avec 23,86% des voix, le candidat d’En Marche! est désormais qualifié pour le second tour de l’élection présidentielle. Voici ses principales propositions en matière économique.

Emmanuel Macron a finalement réussi à rassembler au-delà du clivage politique traditionnel droite-gauche, en témoigne sa qualification pour le second tour de l’élection présidentielle.

Voici les principales mesures du programme économique du candidat d’En Marche!.

Flexibiliser le droit du travail

Dans la droite lignée de la controversée loi El Khomri, Emmanuel Macron souhaite accorder plus de liberté aux entreprises pour moduler le temps de travail de leurs employés. C’est d’ailleurs l’une des premières mesures que prendra l’ancien ministre de l’Économie en cas d’élection, puisqu’il a récemment fait part de son intention de réformer le code du travail par ordonnances. Et même s’il compte maintenir les 35 heures hebdomadaires comme durée légale, celles-ci seront fragilisées.

Rendre l’assurance-chômage universelle, mais durcir les conditions d’obtention des allocations

L’ancien ministre veut reprendre la main sur l’assurance-chômage, actuellement gérée paritairement par les syndicats et le patronat. Il souhaite également la rendre accessible à tous, y compris aux indépendants. Le RSI serait alors supprimé.

En revanche, le versement des allocations sera suspendu après le refus de plus de deux offres d'emploi "décentes".

Baisser les charges pour les entreprises

Outre le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), qu’il veut transformer en allègement de charges pérenne, le candidat compte baisser l’impôt sur les sociétés de 33,3% à 25%, soit la moyenne européenne. Mais aussi supprimer la totalité des charges "générales" au niveau du Smic.

Supprimer certaines charges salariales

Emmanuel Macron compte supprimer les cotisations maladie et les cotisations chômage payées par tous les salariés, une mesure qu’il entend financer par une hausse de 1,7 point de la Contribution sociale généralisée. Il souhaite également rétablir l’exonération de cotisations - patronales et salariales - pour les heures supplémentaires. En revanche, ces dernières ne seront pas re-défiscalisées.

Transformer l’ISF, exonérer certains ménages de la taxe d’habitation

En cas d’accession aux plus hautes fonctions, le candidat souhaite réformer l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Le patrimoine financier ne serait plus taxé, à la différence de l’immobilier. Il souhaite en outre exonérer 80% des foyers de taxe d’habitation, dans un délai de trois ans.

Supprimer 120.000 postes de fonctionnaires

Pour atteindre l’objectif de 60 milliards d’euros d’économies en cinq ans, Emmanuel Macron compte tailler dans les effectifs de la fonction publique, à hauteur de 120.000 postes. Mais le flou persiste sur la nature des postes supprimés.

Fusionner les régimes de retraites

L’ex-locataire de Bercy veut mettre en place un système de retraite universel "avec des règles communes de calcul". Ce qui suppose de rapprocher les règles appliquées dans la fonction publique et celles du privé, mais aussi de supprimer les régimes spéciaux (cheminots, policiers, etc.)

Renforcer les pouvoirs de l’Europe

Emmanuel Macron souhaite que la zone euro dispose d’un budget propre, d’un Parlement et d’un ministre des Finances. La création de 5.000 postes de garde-frontières européens figure également dans son programme, tout comme la création d’un fonds européen de défense, destiné à financer les équipements militaires. En outre, le candidat souhaite contrôler les investissements étrangers en Europe, sans plus de précisions.