BFM Business

Le nombre de créations d'entreprises continue de chuter en avril

Dans certains pays, les défaillances d'entreprise réagissent beaucoup plus rapidement et beaucoup plus fortement que dans d'autres à une même variation de l'activité économique.

Dans certains pays, les défaillances d'entreprise réagissent beaucoup plus rapidement et beaucoup plus fortement que dans d'autres à une même variation de l'activité économique. - Pixabay

Après -25% en mars, les créations d'entreprises ont reculé de 33,5% en avril. Tous les secteurs sont touchés.

Sans surprise, en plein confinement de l'économie, les créations d'entreprises en France ont poursuivi leur chute en avril. Après -25% en mars (par rapport à février), elles ont encore reculé de 33,5% sur un mois en avril à 34.225, selon les chiffres de l'Insee.

Dans le détail, les créations d’entreprises classiques s’effondrent (-42,1% après -30,1%) et les immatriculations de micro-entrepreneurs diminuent fortement (-24,0% après -19,5%).

Tous les secteurs d'activité sont touchés. Les chutes les plus lourdes concernent l’hébergement et la restauration (-52,9%), les services aux ménages (-45,1%) et les activités immobilières (-44,8%).

Les secteurs qui contribuent le plus fortement à la diminution de l’ensemble des créations sont le soutien aux entreprises (contribution de -7,9 points), les services aux ménages (-4,7 points), le commerce (-3,6 points) et la construction (-3,6 points).

Sur 3 mois, les créations sont en forte baisse (-21,6% après -2,7% en mars). Le secteur "transports et entreposage" est celui qui contribue le plus à cette diminution (-9.500 créations, soit une contribution de -4,6 points). Au sein de ce secteur, c’est dans les autres activités de poste et de courrier (incluant la livraison à domicile) que la baisse est la plus importante (-7.300 créations sur les trois derniers mois).

En données brutes, le nombre cumulé d’entreprises créées au cours des douze derniers mois reste néanmoins en hausse (+5,4%), mais l’effet du confinement est de plus en plus perceptible avec un fort ralentissement par rapport au cumul au mois de mars (+11,8%) et au mois de février (+15,3%).

Olivier Chicheportiche